Parution : Catherine Gaullier-Bougassas, Marylène Possamai-Pérez (eds), “Réécritures et adaptations de l’Ovide moralisé (XIVe-XVIIe siècle)”, Turnhout, Brepols, 2022

L’Ovide moralisé a joué un rôle significatif pour la connaissance des mythes antiques et la création de nouvelles œuvres littéraires qui se les approprient au moins jusque dans la première moitié du XVIe siècle, avant qu’il ne soit moqué et condamné. Dès son écriture au XIVe siècle, cette traduction en langue française des Métamorphoses d’Ovide accompagnée d’interprétations chrétiennes a rapidement connu le succès et une diffusion large auprès de publics divers qui la lisaient souvent, elle et ses gloses, plutôt que l’œuvre latine d’Ovide. De nombreux auteurs en français, en latin ou en anglais se sont inspirés de son texte pour créer leurs propres représentations littéraires de héros et héroïnes antiques, dans des œuvres poétiques, didactiques et historiographiques, ou pour élaborer leurs écritures de la moralisation. Les deux mises en prose de l’Ovide moralisé à la cour d’Anjou et à la cour de Bourgogne, les réécritures et remaniements qui sont ensuite imprimés, la traduction anglaise imprimée par William Caxton ont aussi contribué à prolonger l’influence qu’il a exercée. Cette dernière se lit aussi sans nul doute dans certaines des nouvelles traductions des Métamorphoses qui sont composées au XVIe siècle. Si cette influence a souvent été notée, si des emprunts de poètes du XIVe et du XVe siècles – Guillaume de Machaut, Jean Froissart, Eustache Deschamps, Christine de Pizan, Chaucer, Gower – ont été étudiés, la postérité de l’Ovide moralisé reste encore pour une large part à explorer. C’est l’objet de ce volume collectif, le premier qui soit consacré à la réception du texte du XIVe au XVIIe siècle.

 

Source



Citer ce billet
Fiammetta Campagnoli (2022, 18 août). Parution : Catherine Gaullier-Bougassas, Marylène Possamai-Pérez (eds), “Réécritures et adaptations de l’Ovide moralisé (XIVe-XVIIe siècle)”, Turnhout, Brepols, 2022. Collectif d'Historiens de l'Art de la Renaissance. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/moyl

Fiammetta Campagnoli

Fiammetta Campagnoli est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches se concentrent sur la perception et sur la réception de la spatialité de l’image mariale au XVe et au XVIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search