Parution : Rachel Darmon, “Dieux futiles, dieux utiles. La mythographie comme forme de savoir dans l’Europe de la Renaissance”, Genève, Droz, 2022

Pourquoi la mythologie gréco-latine est-elle omniprésente dans la culture artistique et lettrée de la Renaissance ? Pour apporter un nouvel éclairage sur cette question, Rachel Darmon étudie, dans le cadre de la tradition mythographique, une catégorie de livres imprimés au XVIe siècle qui traitent spécifiquement des dieux des Anciens par le biais de leurs « noms » et de leurs « images ». Ces ouvrages constituent une forme de savoir symbolique, qui connut un très grand succès dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles. Leur étude permet de retrouver un ancien mode de construction de la connaissance mêlant texte et image, poésie et histoire naturelle, savoir et fiction. Elle attire l’attention sur la fonction heuristique que les lettrés de la première modernité attribuaient à l’antique mythologie. L’écriture mythographique propose au lecteur une dynamique associative transmettant un art d’agencer la pensée et d’exprimer l’observation, et fournit matière à réflexion tant sur l’ordre du cosmos que sur les rapports des hommes entre eux et sur l’utilité du culte des dieux.

Source



Citer ce billet
Fiammetta Campagnoli (2022, 18 septembre). Parution : Rachel Darmon, “Dieux futiles, dieux utiles. La mythographie comme forme de savoir dans l’Europe de la Renaissance”, Genève, Droz, 2022. Collectif d'Historiens de l'Art de la Renaissance. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mozk

Fiammetta Campagnoli

Fiammetta Campagnoli est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches se concentrent sur la perception et sur la réception de la spatialité de l’image mariale au XVe et au XVIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search