Soutenance de thèse : Clémence Legoux, “De la mandorle aux nuages dans l’art italien de la Renaissance”, Samedi 26 novembre 2022 à 14h, INHA, Salle Vasari

De la mandorle aux nuages dans l’art italien de la Renaissance


Guillaume Cassegrain, Professeur, Université Grenoble Alpes, pré-rapporteur
Bertrand Cosnet, Maître de conférences, Université de Lille
Frédéric Cousinié, Professeur, Université de Rouen Normandie, pré-rapporteur
Anne-Laure Imbert, Maître de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Philippe Morel, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de la thèse
Anne-Orange Poilpré, Maître de conférences, HdR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

🔹 Résumé
Cette thèse traite d’une catégorie de motifs iconographiques regroupés a postériori par un vocable commun : mandorle. Elle vise à expliquer l’usage et la signification de la mandorle dans l’art italien jusqu’au début du XVIe siècle. Il s’agit d’une part de comprendre que le schème de la « mandorle-glorieuse » s’est mis en place à travers la question de la représentation de l’essence et des énergies dans l’art byzantin et carolingien. Au début de la Renaissance la question se transpose alors en termes de gloire interne et de gloire externe. La Vierge, dans un premier temps, puis les saints se voient alors englobés dans une gloire externe symbolisée par une mandorle. Il ne s’agit alors plus de la représentation d’une vision, ni d’un concept divin, mais bien de celle de l’expérience visionnaire vécue par certains saints. Du fait que la mandorle soit une forme géométrique, son utilisation est mise à mal par les injonctions albertiennes voulant que seul ce qui est visible dans la nature soit représenté dans l’art. La naturalisation de sa forme et de son cerne prend alors place au début du XIVe siècle avec Giotto, et cela particulièrement par le biais des éléments atmosphériques. Progressivement les nuages vont déposséder la mandorle de sa signification. La mandorle investie par l’art de la Renaissance perd alors l’exclusivité de son usage christique et la rigidité de ses règles d’utilisation. Dans un second temps, il s’agit de porter son regard sur la mutation qui s’opère entre les représentations de la Vierge portant l’image du Christ et celles de la Vierge portant le Christ. Passage d’un médaillon, d’une image sur un bouclier à une mandorle utérine et virginale. La réflexion s’ouvre sur les liens entre cet utérus et les illustrations des ouvrages médicaux sur la grossesse et l’anatomie féminine. La représentation de la Vierge enceinte rendant visible « le fruit de ses entrailles » est réutilisée pour Dieu le Père. La mandorle devient alors une métaphore visuelle de la matrice divine, évoquant à la fois le lieu divin eschatologique que les fidèles chrétiens souhaitent rejoindre après leur mort, mais aussi le lieu divin dans lequel la création est formée. Ce lieu d’origine et de fin, mis en place à travers les représentations de l’Assomption et de l’Immaculée Conception, n’est pas exempt d’une naturalisation au XVe et XVIe siècles. Les nuages et la lumière deviennent alors des lieux propices aux formes inchoatives, à la naissance et au surgissement, remplaçant par là même la mandorle matricielle.
🔹 Mots-clés
Mandorle – Gloire – Matrice – Naturalisation – Théologie et Art – Renaissance – Nuages – Phénomènes atmosphériques – Théâtre – Formes.
🔹 Illustration
Pinturicchio (école de), Anonymous from Umbria, Conception de la Vierge, “The Immaculate Conception”, fin XVe début XVIe siècle (1510 ca.), Nationalmuseum Stockholm.


Citer ce billet
Fiammetta Campagnoli (2022, 18 novembre). Soutenance de thèse : Clémence Legoux, “De la mandorle aux nuages dans l’art italien de la Renaissance”, Samedi 26 novembre 2022 à 14h, INHA, Salle Vasari. Centre d'Histoire de l'Art de la Renaissance. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mp1o

Fiammetta Campagnoli

Fiammetta Campagnoli est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches se concentrent sur la perception et sur la réception de la spatialité de l’image mariale au XVe et au XVIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search