Appel à contribution : « Caricature et chapeaux. La symbolique des couvre-chefs dans l’image satirique », Ridiculosa, n° 30, date limite fin décembre 2023

Pour se montrer efficace et parvenir à délivrer son message, la caricature se doit, lorsqu’elle prend pour cible des personnages, de faire en sorte que ces derniers soient reconnus, souvent grâce à des particularités physiques que le dessinateur va soumettre à des procédés d’amplification, de réduction ou de simplification. Les caricaturistes se sont ainsi amusés pendant de longues années à affubler Bismarck de trois poils sur la tête, tout à fait parlants pour le lecteur de l’époque, à allonger le nez de de Gaulle, le seul nez pouvant suffire à désigner le général ; d’autres aujourd’hui, tel le caricaturiste chinois vivant en exil Rebel Pepper, ne cessent de représenter le sourire narquois, figé de Xi Qing, pour dénoncer sa politique de domination ; Plantu, quant à lui, représentait Jacques Chirac en lui attribuant un nez en pointe.

Les caricaturistes aiment toutefois également affubler leurs cibles d’attributs qui permettent au lecteur de reconnaître immédiatement un personnage ou de lui attribuer un qualificatif, ce en quoi ils fonctionnent sur le modèle de la peinture mais de manière dépréciative. Le chapeau, ou plus généralement le couvre-chef, fait incontestablement partie des attributs favoris de maints dessinateurs, alors même que ceux-ci ont depuis longtemps quitté les beaux-arts. Chapeau ou couvre-chef revêtent ici des formes extrêmement variées, qui correspondent à de nombreuses dénominations : béret, képi, couronne, casquette, casque, haut de forme, chapeau melon, panama, bonnet de nuit, etc…

Parfois, les caricaturistes se contentent de présenter le signe distinctif de la personne représentée, ainsi la couronne de la reine d’Angleterre, le chapeau de l’ancienne responsable de miss France Geneviève de Fontenay, pour ne prendre que quelques exemples frappants. Mais bien plus souvent, le chapeau remplit une fonction symbolique qui dépasse cette simple représentation « réaliste », le procédé se rapprochant de la figure de rhétorique que Dominique Noguez qualifie de métagraphe, c’est-à-dire d’une « altération d’un signifiant graphique premier et implicite », comprenant différentes opérations, telle l’addition. Ces derniers permettent de symboliser une nation, ou une partie de cette nation (casque à pointe, bonnet phrygien), une classe sociale (casquette ou chapeau du prolétaire, couronne royale, haut de forme du capitaliste), un métier ou une activité (chapeau de chasseur, chapeau de peintre, casque de travailleur), une religion (kippa, voile musulman, à la rigueur tonsure). En outre, les caricaturistes recourent parfois à des objets qui font office de couvre-chefs pour dénoncer certains comportements (éteignoir, entonnoir).

Modalités de soumission

Les propositions de 3000 signes maximum, suivies d’une courte notice biographique, sont à envoyer à laurence.danguy@unil.ch et gardes@univ-brest.fr avant fin décembre 2022. La liste des propositions retenues sera communiquée fin janvier, la remise des articles est fixée au 30 avril 2023.

Comité de rédaction de la revue

Alain Deligne (Université de Münster) ; Jean-Claude Gardes (Université de Bretagne Occidentale) ; Dominic Hardy (Université de Québec à Montréal) ; Ursula E. Koch (Université de Munich) ; Isabel Lustosa (Fundaçao Casa di Rui Barbosa, Rio de Janeiro) ; Martine Mauvieux (Bibliothèque Nationale de France)

Comité de lecture

Marie-Pierre Délépine (Paris), Walther Fekl (Frankfurt/Oder), Michela Lo Feudo (Naples), Elizabeth Mullen (UBO), Margarethe Potocki (Clermont-Ferrand), Angelika Schober (Limoges), Solange Vernois (Poitiers), Richard Scully (Univ. of New England)

Source



Citer ce billet
Florence Larcher (2022, 12 décembre). Appel à contribution : « Caricature et chapeaux. La symbolique des couvre-chefs dans l’image satirique », Ridiculosa, n° 30, date limite fin décembre 2023. Centre d'Histoire de l'Art de la Renaissance. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mp2b

Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches sur les images de saint Roch en Italie de 1350 à 1680 l'amènent à étudier la peinture murale, la sérialité et l'itinérance des peintres.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search