Appel à contribution : « ‘Si loin, si proche’. Le regard du XIXe siècle sur l’architecture de la Renaissance italienne dans les relations entre la France et l’Italie », Paris, INHA, octobre 2023, date limite le 30 janvier 2023

La publication de Palais, maisons et autres édifices modernes dessinés à Rome (1798) de Percier et Fontaine marque une étape décisive dans le développement d’un intérêt pour l’architecture de la Renaissance italienne qui, au cours du XIXe siècle, ne cesse de croître avant de culminer dans l’œuvre de l’historien Jacob Burckhardt (Die Kultur der Renaissance in Italien, 1860; Geschichte der Renaissance in Italien, 1878). Cet intérêt se traduit de façon très diverse. D’abord, la réflexion des artistes et des architectes se manifeste aussi bien dans des cahiers de dessins, que dans la réédition de grands traités (Vignola, Palladio, Scamozzi) ou la publication d’études sur l’architecture du Quattrocento et, surtout, du Cinquecento – comme l’Architecture Toscane d’Auguste Grandjean et Auguste Famin (1806-1815) -, et l’œuvre de Percier et Fontaine déjà mentionnée. Ensuite, à partir des années 1840 de nouvelles techniques, la photographie surtout, renouvellent la perception de l’architecture renaissante et l’imaginaire qui lui est attaché, ce qui amène une intensification de la place de la Renaissance dans la pédagogie artistique. L’intérêt pour la Renaissance a, enfin, eu des conséquences concrètes avec la construction d’œuvres nouvelles en style néo-Renaissance et la restauration de bâtiments des XVe et XVIe siècles, comme le palais du Louvre.

Tout aussi multiformes apparaissent les interprétations et les perspectives critiques. Si, d’un point de vue artistique, la Renaissance est considérée comme un évènement d’importance universelle – comme le montre la large diffusion des traités d’architecture du XVIe siècle –, elle est aussi perçue comme dépendant d’un esprit des lieux –François Léonard Séheult, dans son Recueil d’Architecture, dessiné et mesuré en Italie (1811-1823), propose une subdivision de l’architecture en fonction du caractère des villes italiennes (Florence “moderne Athènes”, Gênes, “la plus séduisante”, Rome “la plus célèbre”), explicitant ce qui était resté implicite dans les ouvrages de Rubens sur Gênes, Percier et Fontaine, Grandjean et Famin. L’étude de la Renaissance connait aussi des déclinaisons locales, par exemple à Lyon à partir des années 1850, quand la redécouverte de l’histoire de la ville au XVIe siècle fournit des modèles à l’architecture publique et privée, comme aux arts majeurs et décoratifs

Dans le droit fil des colloques Le XIXe siècle et l’architecture de la Renaissance (Tours, 2007), L’architecture de la Renaissance italienne au XIXe siècle. Relectures, outils, finalités (Paris 2014), La Renaissance réinventée. Historiographie, architecture et arts décoratifs à Lyon aux XIXe et XXe siècles (Paris 2017), cette journée d’étude qui aura lieu en octobre 2023, se propose de réfléchir à la réception et à la fortune de l’architecture de la Renaissance italienne au cours du XIXe siècle en se focalisant spécifiquement sur les relations entre la France et l’Italie.

Les propositions d’intervention pourront approfondir les thèmes suivants (sans exclusivité)

  • L’étude de la Renaissance italienne. Quels instruments d’étude ont été employés pour l’étude de l’architecture à la Renaissance ? Quels livres représentent des points de référence ? De quelle façon la pratique architecturale exprime-t-elle à travers le dessin le processus de réception de la Renaissance ?
  • L’emploi du patrimoine Renaissance italien. De quelle façon les projets architecturaux se confrontent-ils avec le patrimoine de la Renaissance ? Quels projets de restauration ou de remploi acquièrent une signification particulière en relation avec cette thématique ?
  • Géographie de la Renaissance. La relation entre Renaissance et géographie acquiert une signification toute particulière, entre recherche de l’identité locale, référence à des édifices porteurs de significations explicites en relation à leur localisation, et recherche d’une acception supranationale à travers l’emploi de modèles participant du “mythe de la Renaissance”. Quelles études de cas peuvent-elles illustrer la polyvalence de cette relation ? Jusqu’à quel point est-elle délibérée ?

Les propositions d’interventions (300 mots), qui doivent porter sur des sujets originaux, sont à envoyer, accompagnées d’un titre provisoire, d’une brève bibliographie et d’un court CV, à Ilaria Andreoli (ilaria.andreoli@inha.fr) et Francesca Mattei (francesca.mattei@uniroma3.it) avant le 30 janvier 2023.

Les interventions, d’une durée de 30 minutes, pourront être prononcées en français ou en anglais; les frais de voyage et d’hébergement seront pris en charge par les organisateurs.

Comité d’organisation/Organising Committee : Ilaria Andreoli (INHA), Francesca Mattei (Università Roma Tre)

Comité scientifique/Scientific Committee: Pierre Caye (CNRS), Jean-Philippe Garric (Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Fréderique Lemerle-Pauwels (CESR-CNRS), Yves Pauwels (CESR), Alina Payne (Villa i Tatti, The Harvard Center for Italian Renaissance Studies), Alice Thomine-Berrada (ENSBA, Paris)

Source



Citer ce billet
Florence Larcher (2023, 13 janvier). Appel à contribution : « ‘Si loin, si proche’. Le regard du XIXe siècle sur l’architecture de la Renaissance italienne dans les relations entre la France et l’Italie », Paris, INHA, octobre 2023, date limite le 30 janvier 2023. Centre d'Histoire de l'Art de la Renaissance. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mp32

Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches sur les images de saint Roch en Italie de 1350 à 1680 l'amènent à étudier la peinture murale, la sérialité et l'itinérance des peintres.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search