Appel à contribution : « Aux limites du paysage », Paris, INHA, 16 juin 2023, date limite le 31 mars 2023

Classée hiérarchiquement après la peinture d’histoire, le portrait et la scène de genre par André Félibien dans la préface des Conférences de l’Académie, la peinture de paysage n’en demeure pas moins un art apprécié des collectionneurs et des amateurs. Discutée dans les traités, tels ceux de Roger de Piles, Jean-Baptiste Du Bos ou Charles Batteux, la peinture de paysage occupe une part croissante dans la critique d’art au XVIIIe siècle : dans son Salon de 1767, Diderot décrit longuement l’expérience totale qu’il vit en regardant les tableaux de paysage de Vernet.

Cette reconnaissance du paysage est préparée ou accompagnée par des initiatives artistiques et scientifiques qui contribuent à définir le paysage autrement que par la brève définition qu’en donne le Dictionnaire de l’Académie française en 1762. En effet, pour ce dernier, le paysage est une « Etendue de pays que l’on voit d’un seul aspect ». Toutefois le paysage ne saurait se résumer à sa seule étendue et cet appel à communication souhaite investiguer d’une manière différente la notion de paysage aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Au cours de cette période, l’appréhension du paysage se modifie significativement : le paysage idéalisé des années 1600-1650, devient plus naturaliste grâce à l’apport des peintres flamands. Le développement urbain et l’accroissement de la population au XVIIIe siècle viennent accroître l’intérêt porté au paysage. Philosophes et poètes chantent les bienfaits d’une nature accueillante qui permet de se reposer du tumulte et des miasmes de la ville, tandis que les physiocrates mettent l’agriculture au centre de l’économie. Les artistes s’emploient à illustrer les œuvres des poètes, tels que James Thomson, Jean-François de Saint Lambert ou encore François de Rosset, ainsi que les principes physiocratiques, à l’instar de Jean-Baptiste Oudry dans La Ferme (1751) qui décrit, à l’arrière-plan, un vaste paysage civilisé par la main de l’homme. Ces propositions artistiques accompagnent d’autres démarches que cette journée d’étude souhaite approfondir.

Il s’agira d’aborder le paysage au travers de la façon dont les artistes ont pu rendre compte de sa géographie, de sa topographie ou encore de sa géologie. Le XVIIIe siècle voit se développer de nombreuses publications accompagnées de gravures permettant de se familiariser avec des pays proches ou lointains : parmi ceux-ci, on peut évoquer Le Voyage pittoresque de Naples et de Sicile de l’Abbé de Saint Non, les Tableaux topographiques, pittoresques, physiques, historiques, moraux, politiques, littéraires de la Suisse de Jean-Benjamin de La Borde et de Béat Zurlauben ou encore le Voyage en Sibérie de Jean Chappe d’Auteroche. De même, les vues topographiques se démultiplient : tableaux de champs de bataille au XVIIe siècle, veduta au XVIIIe siècle s’attachant à décrire le Forum Magnum ou à sublimer d’étonnants phénomènes naturels, telle l’éruption du Vésuve peinte par Le chevalier Volaire. Les planches de géologie de l’Encyclopédique, de même que les gravures s’intéressant aux couches sédimentaires de différents massifs montagneux constituent une autre façon d’aborder le paysage. Scientifiques, peintres et graveurs collaborent à cet effort de compréhension du paysage qui les entoure dans ses aspects à la fois visibles et invisibles.

Parallèlement à cette approche à visée scientifique, se développe une approche artistique à visée décorative. On évoquera les décors de théâtre, les plus connus étant ceux que François Boucher réalise pour les pastorales et les opéras comiques de son ami Charles Favart. Les architectes répondent à l’appel rousseauiste de la nature en faisant entrer le paysage dans l’hôtel particulier, par le biais d’élément d’architecture (on pensera, par exemple, aux arbres de Charles-Nicolas Ledoux dans le salon de compagnie de l’hôtel d’Uzès), de grottes reconstituées, de peintures mais aussi de papier-peints qui prennent la forme de panoramiques à la fin du XVIIIe siècle avec les manufactures de Jacquemart et Bénard, de Zuber, ou encore de Dufour. Le paysage est aussi présent dans la décoration intérieure par le biais de marqueteries de pierres précieuses qui sont appréciées tout autant pour leur aspect décoratif que pour leur capacité à évoquer l’universalité de la nature en réduisant le monde minéral à un paysage en miniature. Les cabinets de curiosités, quant à eux, dissèquent le paysage en ses éléments les plus spécifiques. Roches, coquillages ou herbiers font partie des collections d’amateurs, au premier rang desquels se trouvent Joseph Bonnier de la Mosson, Quentin de Lorangère ou encore François Boucher qui consacrait une partie non négligeable de ses revenus à sa collection de coquilles, madrépores et minéraux, comme le montre son Catalogue après décès rédigé par Pierre Rémy en 1771.

En traitant du paysage à ses marges, la journée d’étude vise à rendre compte des différentes manières dont les hommes des XVIIe et XVIIIe siècles ont élargi leur vision du paysage. Elle pose ultimement la question de savoir si l’idée de nature, dont Jean Erhard a démontré l’importance, éclate sous le coup de la modernité scientifique, comme le pense Robert Lenoble, ou si elle perdure, sublime et sublimée ?

Propositions de communication : En français ou en anglais, les propositions de communication (500 mots) seront accompagnées d’un titre et d’une brève notice bio-bibliographique.

Date limite d’envoi des propositions : 31 mars 2023

Envoi des propositions : asso.grham@gmail.com

Cette journée d’étude est organisée par le GRHAM.

Source



Citer ce billet
Florence Larcher (2023, 18 mars). Appel à contribution : « Aux limites du paysage », Paris, INHA, 16 juin 2023, date limite le 31 mars 2023. Centre d'Histoire de l'Art de la Renaissance. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mp4z

Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches sur les images de saint Roch en Italie de 1350 à 1680 l'amènent à étudier la peinture murale, la sérialité et l'itinérance des peintres.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search