Exposition : Drawing Art History, Université de Tel-Aviv, jusqu’au 30 juin 2023

EXPOSITION
Drawing Art History (Dessiner l’histoire de l’art)
Commissaires : Pr. Jérémie Koering (Université de Fribourg) et Dr. Tamar Mayer
Avec la participation de l’artiste français Nicolas Aiello
Du 26 janvier au 30 juin 2023
Galerie d’art Genia Schreiber et Fondation Michel Kikoïne
Université de Tel-Aviv

 

Quelles réflexions émanent de la création d’images ? Comment le dessin, produit d’une perception qui s’effectue au travers du corps, peut-il contribuer à la production de connaissances scientifiques ? Que communiquent les images, au-delà du langage écrit ? Dans l’exposition intitulée “Drawing Art History” (Dessiner l’histoire de l’art), vision et connaissance sont questionnées au travers de dessins réalisés par des historiens de l’art, depuis la reconnaissance académique de la discipline au XIXe siècle, jusqu’à nos jours.

Un fait souvent ignoré est que de nombreux historiens de l’art, parmi lesquels certaines des personnalités les plus reconnues dans le domaine, ont utilisé le dessin pour étudier l’art sous toutes ses formes. Jakob Burckhardt, Giovanni Battista Cavalcaselle, Aby Warburg, Meyer Schapiro, Leo Steinberg, Clement Greenberg, Hubert Damisch, et d’autres – tous se sont tournés vers l’instrument graphique pour observer, comprendre et expliquer la peinture, l’architecture ou la sculpture. Cette pratique est encore utilisée aujourd’hui, comme en témoignent les œuvres de Dario Gamboni présentées dans l’exposition. L’exposition présente également pour la première fois des dessins récemment découverts par le fondateur de l’histoire de l’art en Israël, Moshe Barasch.

Cette exposition se propose d’évaluer le rôle que joue le dessin dans l’émergence, la production et la transmission d’un savoir spécifique sur les œuvres d’art. Bien que cette pratique ait reçu peu d’attention, d’innombrables dessins d’historiens de l’art sont conservés dans des instituts, des universités, des fondations ou des collections privées. Quelle que soit la méthodologie de ces savants – connaisseur, formalisme, iconologie ou sémiotique – le dessin s’avère un instrument d’une efficacité incomparable pour percevoir, enregistrer, archiver, penser, analyser, expérimenter et conceptualiser les œuvres d’art. Dans cette exposition, l’histoire de l’art est redessinée à travers des images, celles qui répondent aux défis mêmes posés à l’œil et à l’esprit par les artistes.

L’historien et critique d’art français Jérémie Koering est l’un des commissaires de l’exposition. Il est l’un des spécialistes les plus originaux et les plus prolifiques de l’art moderne. Parmi les artistes exposés, l’artiste français Nicolas Aiello présente Notes sur les notes (Damisch, Schapiro, Warburg), une installation de 6 mètres de long créée spécialement pour cette exposition et qui se conçoit comme une rêverie graphique sur les dessins et les traces écrites laissées par les historiens de l’art.

Aiello est un artiste français dont les œuvres ont été exposées au musée Singer-Polignac, au musée de l’Orangerie, au musée Albertina et au musée des Arts décoratifs. C’est sa première exposition en Israël. L’artiste invente des mondes visuels à travers le dessin, la photographie, la vidéo et des installations in situ. Mêlant approches conceptuelles et processuelles, il travaille à partir de documents d’archives, d’objets du quotidien ou d’images collectées lors de déambulations urbaines.

 

Source


Fiammetta Campagnoli

Fiammetta Campagnoli est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches se concentrent sur la perception et sur la réception de la spatialité de l’image mariale au XVe et au XVIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search