Groupe de recherche « Atelier Renaissances » : mardi 17 février, INHA, salle Jullian, 18h-20h

ATELIER RENAISSANCES

Mardi 17 février, 18h-20h

INHA, Salle Jullian
Galerie Colbert, 1er étage
2, rue Vivienne, 75002 Paris

 

Giulio Romano, La Chute des Géants (détail du mur nord), 1532-1534, Mantoue, Palazzo Tè, Sala dei GigantiAngèle Tence (Doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

« Chute et débordement. Réflexions sur la figure précipitée des cieux dans quelques décors peints du XVIe à la première moitié du XVIIe siècle. »

Parmi les innombrables transgresseurs de la mythologie gréco-romaine, les figures des Titans, des Géants et de Phaéton partagent le même type de châtiment : une chute infligée par Jupiter fulgerator mettant un terme à leur ascension vers l’Olympe ou à leur vol imprudent à travers l’éther. Une fois la cire qui servait à lier ses plumes fondue sous le soleil, le jeune Icare tombe sans même que Jupiter n’intervienne. Tandis que son vol est interprété, à la Renaissance, comme un paradigme de l’homme téméraire et maître de sa fortune, sa chute est comprise comme une mise en garde contre les dangers de l’hybris.

L’étroite association entre chute et châtiment se rencontre aussi dans la Bible à propos des géants fils de Seth, de l’archange Lucifer et de ses anges, ou encore de Simon le magicien que Pierre fait tomber devant Néron. À la renverse, en chute libre ou déjà à terre, ces individus rebelles se manifestent dans la peinture de la Renaissance au sein d’un dialogue entre élévation des fidèles, méditation intérieure et terrassement des ennemis de Dieu.

Dans le sillage du séminaire de Philippe Morel sur les décors italiens de la période moderne, nous nous pencherons à la fois sur la figure précipitée et sur la figurabilité de la chute dans quelques décors peints. De Giulio Romano à Pietro da Cortona, les artistes italiens rivalisent d’invention pour faire dialoguer cette figure avec l’espace réel du spectateur. Chute et débordement de la figure peinte n’en demeurent pas moins deux modalités de représentation bien dissociées au XVIe siècle : le transgresseur n’est pas systématiquement une figure « débordante ». On s’attachera donc à établir les typologies iconographiques où il est le plus fréquemment représenté à cette époque, à réfléchir sur ses potentialités, ses limites et les problèmes qu’il pose au sein de l’image.

Bibliographie indicative:

– E.ABETEL, La Gigantomachie de Lousonna-Vidy suivie de Considérations sur la transmission du motif de l’anguipède, Lausanne, Cahiers d’archéologie romande, 2007, n°106.
– A. BREJON DE LAVERGNÉE., O. FERRARI et J.-M. OLIVESI (éds.), Les cieux en gloire. Paradis en trompe-l’oeil pour la Rome baroque. Bozzetti, modelli, ricordi et memorie, cat. exp. [Ajaccio, Palais Fesch, Musée des Beaux Arts, 2002], Ajaccio, Musée Fesch, 2002.
– P. CARABELL, « Breaking the frame. Transgression and transformation in Giulio Romano’s Sala dei Giganti », Artibus et Historiae, vol.18, n°36, 1997, p.87-100.
– C. CIERI VIA et N. MANDARANO, L’arte delle Metamorfosi. Decorazione mitologiche nel Cinquecento, Rome, Lithos, 2003.
– B. PRÉVOST, La peinture en acte. Gestes et manières dans l’Italie de la Renaissance, Paris, Actes sud, 2007.
– J. SHEARMAN, Only connect…Art and the spectator in the Italian Renaissance, Princeton, Princeton University press, 1992.

Iconographie :

– Michelangelo Buonarroti, La Chute de Phaéton, 1533, craie noire, 31,3×21,7 cm, Londres, British Museum, inv. 1859.9.15.517.
– Giulio Romano, La Chute des Géants (détail du mur nord), 1532-1534, Mantoue, Palazzo Tè, Sala dei Giganti.
– Lelio Orsi, Étude pour la façade de la Casa Orsi, v.1570, craie noire, graphite et aquarelle, rehaussée de gouache blanche sur lavis orange, 23,8×31,8 cm, Princeton, Princeton University Art Museum.
– Giovanni de’ Vecchi, La Chute des anges rebelles (détail du plafond), 1572, Caprarola, Palazzo Farnese, Sala degli Angeli.

 

Cécile Joyet (Doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

« Présentation des futurs d’échanges entre l’Atelier Renaissances et la Bibliothèque nationale de France »

Dans la poursuite de ses activités et de sa vocation didactique et pédagogique, l’Atelier Renaissances se rapproche de la Bibliothèque nationale de France au travers d’un nouveau projet d’échanges entre jeunes chercheurs et acteurs du monde patrimonial.

La collaboration mise en place sera protéiforme et se développera autour de trois axes majeurs que sont :
– la découverte de la B.N.F., des départements et des collections avec l’organisation de visites guidées.
– des ateliers de formation à la recherche en bibliothèque nationale, un apprentissage des outils numériques de la B.N.F. et un accompagnement du jeune chercheur dans la fréquentation des ressources documentaires et patrimoniales de la bibliothèque.
– des échanges scientifiques autour de certains objets issus des collections de la B.N.F. dans une perspective de réflexion commune propice à l’enrichissement des recherches de chacun.

Ces échanges ouvrent ainsi un nouvel espace de réflexion dédié au partage des connaissances, à l’émulation et à l’élaboration de nouvelles hypothèses. L’approche de méthodologies et de champs de recherches propres au milieu patrimonial sera également riche d’enseignements. Enfin, les activités de formation nécessaires aux jeunes chercheurs et les échanges scientifiques qui découleront de ces reAnonyme vénitien, Arbre des fruits de la fortune, v. 1550, gravure sur bois, 72,7 x52,8 cm, Cambridge, Harvard Art Museumncontres seront propices à la progression de chacun, tout autant qu’à la production de contenus s’intégrant à leurs recherches en cours.

S’en suivra une réflexion commune autour d’une « Œuvre mystère » :
Anonyme vénitien, Arbre des fruits de la fortune, v. 1550, gravure sur bois, 72,7 x52,8 cm, Cambridge, Harvard Art Museum.

 

La séance se clôturera par le traditionnel apéritif.

 

Pour nous contacter :

Courriel : atelierrenaissances@gmail.com

Vous pouvez également suivre nos actualités sur notre page Facebook : Atelier Renaissances


Vous aimerez aussi...