Workshop : «La ville ornée: Pour une histoire des façades peintes à l’époque moderne (Suisse/Europe)», FNS, Stein am Rhein, 16-17 mai 2023

Toute façade est un espace hétérogène mêlant des zones pleines (pan de mur) et des zones vides (fenêtres, portes). Leur alternance est déjà agencée en lignes verticales et horizontales, avec des espacements déterminés. Cette structure préexistante s’impose au peintre et impose, jusqu’à un certain point, des configurations possibles tenant compte des discontinuités, du rythme et des orientations induites par les données architecturales et architectoniques. Le deuxième workshop du projet de recherche FNS «La ville ornée» se propose d’aborder le phénomène des façades peintes à la Renaissance sous l’angle de l’articulation figurale, du montage formel, en un mot… de l’agencement.

 

16 mai à Stein am Rhein

13:00 Jérémie Koering – D’abscisse en ordonnée. L’artiste et la composition des façades peintes

Le peintre de façade doit presque toujours composer avec une structure architecturale qui préexiste à son intervention : une combinaison de murs et d’ouvertures, de pleins et de vides, qui non seulement organise la façade horizontalement et verticalement, mais encore conjugue ce qui se trouve en surface avec ce qui se tient réellement ou fictivement (dans le cas d’un creusement illusionniste du mur) en avant ou en retrait. D’abscisse en ordonnée, l’agencement peut ainsi se faire selon une double logique du plan et de la profondeur. Or, pour en comprendre les diverses implications, il n’est peut-être pas inutile de confronter les décors aux modèles d’organisation du savoir et du discours qui se sont imposés à la Renaissance (mnémonique, rhétorique, poétique…). Ces multiples modalités de l’agencement pourront ensuite être rapprochées des métaphores à partir desquelles la façade (face, visage, peau, cortex, etc.) a généralement été pensée à la Renaissance.

13:45 Dominic-Alain Boariu – La chimère en cette façade

Les esquisses réalisées par Hans Bock l’Ancien autour de 1571 pour la façade de la Haus zum Walpach à Bâle méritent une étude approfondie à plus d’un titre. L’embellissement hybride mélant eccléctiquement réalité architecturale et fiction décorative, formes tectoniques et figures mythologiques, ne saurait être compris sans la prise en compte du régime intertextuel qui ceint l’édifice. Hans Bock, pictor doctus, a dû entrer en dialogue avec son commanditaire, l’humaniste bâlois Théodore Zwinger, un des esprits les plus étincelants de son temps. De ce dialogue, nous aimerions nous concentrer sur le motif le plus prégnant de la façade peinte : la chimère terrassée par Bellérophon. Il se peut que cette incarnation de l’hybridité soit non seulement une figure-agente, néfaste, de la fantasia comme principe créateur, mais aussi un troublant révélateur sémiotique accusant dans l’architecture feinte ce qui relève de la géométrie variable des pans, de la spatialisation de l’impossible, en un mot de l’hétérotopie. Il nous importe de greffer cette « mixture » aux écrits compilatoires et taxinomiques de Zwinger lui-même.

14:30 Florian Métral – Machines cosmiques

Au sein du vaste phénomène des façades peintes à l’époque moderne, les décorations d’horloges astronomiques peuvent être regardées comme un épi-phénomène ou une hybridité. Elles répondent aux mêmes enjeux – orner la ville -, mobilisent les mêmes artistes – des peintres locaux notamment -, se concentrent globalement sur le même arc géographique – Italie du nord, Suisse et Allemagne du sud. Malgré tout, ces décorations horlogères présentent des spécificités irréductibles : d’une part leur « habitat » – hôtels de ville et tours de défense quasi-exclusivement -, d’autre part leur agencement déterminé notamment par la localisation en façade de ces machines cosmiques que sont les horloges. Cet exposé s’attachera à mettre en évidence les multiples régimes d’agencement – à partir de la notion latine de la compostura, mettre ensemble par la réunion des parties – de ces décorations horlogères selon des temporalités, des territoires, des échelles, des mécaniques et des dispositifs variés. On interrogera notamment la fécondité heuristique de la notion d’œuvre-monde, plus précisément la façade comme « mondiation », soit un espace de relation d’ordre visuel et humain au sein des villes elle-mêmes pensées comme microcosmes.

Programme



Citer ce billet
Fiammetta Campagnoli (2023, 15 mai). Workshop : «La ville ornée: Pour une histoire des façades peintes à l’époque moderne (Suisse/Europe)», FNS, Stein am Rhein, 16-17 mai 2023. Collectif d'Historiens de l'Art de la Renaissance. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mp6l

Fiammetta Campagnoli

Fiammetta Campagnoli est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches se concentrent sur la perception et sur la réception de la spatialité de l’image mariale au XVe et au XVIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search