Séminaire: « Lorsque le corps se met à l’œuvre et à l’épreuve », CRAL – EHESS, lundi 16 mars 2015, 13h-15h

.

SÉMINAIRE INTERNATIONAL DES DOCTORANTS DU CRAL – EHESS

« Recherche dans les arts : présentation des travaux en cours »

.

tumblr_m1f63vJTpK1qbhp9xo1_1280

.

 Séance 6. Lorsque le corps se met à l’œuvre et à l’épreuve. – When the Body Is Set to Work and Put to the Test.

Lundi 16 mars 2015 (13h-15h) – Salle 4 (105 Bd Raspail, 75006 Paris)

 

YEJIN CHA (EHESS)

jincha76@gmail.com Directeur de recherche : Alain Delissen

L’acteur moderne naissant en Corée coloniale : l’ambivalence de la notion d’artiste et la position de l’acteur dans les années 1920 et 1930

Le théâtre (de type « occidental ») et le cinéma sont pratiqués en Corée à partir des années 1910 par de nouveaux venus dans le spectacle qui se voient nommés « paeu » (acteur). Dans les années 1920 et 1930, où se développe la culture populaire sous l’occupation coloniale japonaise, ces acteurs modernes sont souvent invités à s’exprimer dans les journaux. À travers leurs paroles recueillies et diffusées par la presse, une certaine tendance se perçoit : au nom de « nous les acteurs », ces paeu insistent sur le fait qu’ils sont des « yesulga » (artistes), terme, lui aussi, fraîchement introduit dans le langage coréen. Aussi, pourquoi ces acteurs tiennent-ils tant à revendiquer ce statut ? Cette obsession collective ne révèle-t-elle pas, paradoxalement, leur position sociale incertaine ? Pour tenter de répondre à ces questions, nous examinerons les différents usages du mot « yesulga », puis nous les comparerons avec l’image d’artiste dessinée par les acteurs.

 

SOPHIE LAPALU (Université Paris VIII)

sophielapalu@gmail.com Directeur de recherche : Jean-Philippe Antoine

Théâtre de Jiří Kovanda, Prague, 1976 : quand la place publique est le théâtre d’opérations furtives

En 1976, sur une place publique de Prague, Jiří Kovanda réalise une série de gestes ordinaires dont le caractère infime ne permet pas, pour celui qui les croise, de soupçonner qu’ils sont joués intentionnellement (Théâtre). Dans un climat de répression, que pouvait alors signifier le fait d’agir en secret dans l’espace public ? L’artiste publie ensuite cinq photographies et un texte. Nous verrons quel ensemble structurel il constitue, permettant à un même objet d’être à la fois présent et absent. Enfin nous verrons dans quelle mesure la maîtrise de la dissimulation, alliée à la révélation de son œuvre, s’affirme comme un puissant facteur d’individualisation.

 

GIORGIO FICHERA (EHESS)

giorgio.fichera@gmail.com Directeur de recherche : Giovanni Careri

De l’assujettissement au corps et à la matière : posture et morphologie chez Michel-Ange

À travers l’analyse textuelle d’un nombre spécifique de métaphores de la production poétique de Michel-Ange, nous proposons une lecture possible d’un groupe de ses dessins associés à la figure de l’Esclave par la posture du corps, l’aspect formel et stylistique. Tout au long de sa vie, l’artiste semble avoir construit une image de l’humain et de soi, charnelle et mortelle, qui correspond au monde sensible, à l’emprise de la matière, à l’expression visible de la dialectique entre mondanité et désir d’élévation et qui se cristallise sur ce sujet figuratif. Soverchio moral et carcer terreno font du prototype du corps du Prigione la première étape d’une série formelle et posturale qui amène au corps glorieux du Christ du Jugement dernier, selon la conception de conformation de la théologie paulinienne chère à Michel-Ange.

Répondant – Discussant : EMILY LOMBI (Université Paris III)

 

Légende: Michel-Ange, L’Enlèvement de Ganymède, vers 1533. Pierre noire sur papier,
 361 x 270mm. Fogg Art Museum, Cambridge.


Marie Piccoli-Wentzo

Marie Piccoli-Wentzo est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image du désert dans l'art italien de la fin de l'époque médiévale et du début des temps modernes (XIVe-XVIe siècle).

Vous aimerez aussi...