Appel à contribution : « La matière du pastel », Lyon, CIHA, 23-28 juin 2024, date limite le 15 septembre 2023

Fragile et ineffable, la matérialité du pastel a été une source de fascination inquiète depuis l’invention de ce médium. Il constitue un objet idéal pour l’étude de questions centrales dans la récente réflexion méthodologique sur la matérialité de l’art en général, telles que la mobilité, l’innovation technologique et les politiques de conservation. Cette session vise à l’examiner au-delà des frontières géographiques et des bornes temporelles habituelles. Nous espérons que l’appel à des perspectives transhistoriques et transnationales permettra de mettre en lumière certaines des principales questions relatives au pastel, notamment sa capacité incertaine à traverser le temps et l’espace.

Le pastel a fait l’objet de conférences et d’expositions ces dernières années, qui se sont concentrées sur des monographies d’artistes, des aires géographiques ou des aspects spécifiques du médium. Rien que l’année dernière, deux expositions – Color into Line aux Fine Arts Museums of San Francisco et Vive le Pastel ! à l’Alte Pinakothek de Munich – ont attiré l’attention des chercheurs sur deux importantes collections de pastels. D’autres initiatives récentes comprennent une exposition au musée des beaux-arts d’Orléans et des journées d’étude sur Jean-Baptiste Perronneau (2017), une exposition et une publication majeure sur les pastels des collections du Louvre (2018), Pastels in Pieces au Getty (2018), et un atelier à la Bibliotheca Hertziana sur la “Fragilité du pastel” (2022). Le magistral Dictionary of Pastellists before 1800 et le catalogue raisonné de Maurice-Quentin de La Tour (2022) de Neil Jeffares sont des sources en ligne indispensables. Angela Oberer, quant à elle, a publié une nouvelle biographie majeure de Rosalba Carriera en 2020. L’ouvrage de Thea Burns et Philippe Saunier, L’Art du pastel (2014), a permis d’approfondir notre compréhension du pastel, notamment de son utilisation par les artistes du XIXe siècle. Une grande exposition au Petit Palais en 2017 a mis en lumière l’importance du pastel au XIXe siècle, et une exposition au musée d’Orsay, cette année, Pastels de Millet à Redon, continue à ouvrir ce domaine de recherche. Dans le domaine de l’art contemporain, le pastel a également suscité un intérêt croissant à travers le travail d’artistes tels que Nicolas Party. L’année prochaine, le 350e anniversaire de la naissance de Rosalba Carriera sera marqué par une exposition de ses œuvres à Dresde. Une session du CIHA sur le pastel tombe donc à point nommé.

Bien que le pastel soit souvent considéré comme un médium typiquement dix-huitièmiste, cette session vise à l’examiner au-delà des frontières géographiques et des bornes temporelles habituelles. Nous espérons que l’appel à des perspectives transhistoriques et transnationales permettra de mettre en lumière certaines des principales questions relatives au pastel, notamment sa capacité incertaine à traverser le temps et l’espace. Nous accueillerons avec plaisir les articles qui abordent le médium sous différents angles.

Les thèmes abordés pourraient inclure :

  • les recettes et les secrets de fabrication
  • les origines coloniales des matériaux
  • l’itinérance et la mobilité des pastels
  • les effets esthétiques distinctifs du médium
  • la vitesse d’exécution et les signes de la touche de l’artiste
  • la matérialité de la peau
  • « l’imaginaire » du pastel – ses associations et analogies sexospécifiques
  • le pastel et les cosmétiques
  • le pastel et la race
  • la conservation

Nous sommes particulièrement intéressés par les articles qui élargissent les catégories géographiques et temporelles à travers lesquelles le pastel a été traditionnellement compris.

Modalités de participation

Déposez votre proposition de communication en ligne ici avant le 15 septembre 2023.

Eléments attendus :

  • Titre de la communication
  • Un résumé de 350 mots à 500 mots, en anglais ou en français, incluant 4 à 6 mots clés et une éventuelle courte bibliographie (optionnel).
  • CV de 500 signes (Prénom, nom, titre, fonction, institution de rattachement, avec éventuellement le lien vers la page personnelle ou professionnelle)

Les soumissions devront être rédigées en anglais ou en français. Il est possible de proposer une communication à deux personnes maximum.

Modalités de sélection

Les propositions seront examinées par :

  • Oliver Wunsch (Boston College – Chestnut Hill)
  • Melissa Hyde (University Of Florida – Gainesville)
  • Juliette Trey (Institut national d’histoire de l’art, Paris)

Les réponses seront communiquées au cours de l’automne 2023.

Les frais d’inscription, de voyage et d’hébergement sont à la charge des intervenants et intervenantes.

Source


Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches sur les images de saint Roch en Italie de 1350 à 1680 l'amènent à étudier la peinture murale, la sérialité et l'itinérance des peintres.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search