Patution : Jean-Claude Schmitt, “Les images médiévales. La figure et le corps”, Paris, Gallimard, 2023

De l’empreinte bouleversante d’une main humaine datée du paléolithique dans la Grotte Cosquer (30 000 ans avant notre ère) à la pipe peinte en 1929 par René Magritte prévenant que : « Ceci n’est pas une pipe », les images ne cessent de nous renvoyer aux mêmes questions essentielles : qu’est-ce que représenter ? Imiter et figurer, est-ce la même chose ? Quel le rapport entre l’objet ou la personne représentés et leurs images ?

Ces questions semblent hors du temps, alors que les images, leurs formes et leurs usages, se montrent étroitement dépendants des époques et des cultures particulières qui les produisent. Ainsi en va-t-il dans la chrétienté médiévale, entendue comme une formation sociale et culturelle dont on ne préjuge pas des limites chronologiques, pour souligner au contraire son empreinte durable jusque sur nos comportements et nos représentations aujourd’hui.

Au Moyen Age, la question de l’image se rapporte toujours, de près ou de loin, à l’Incarnation du Fils de Dieu. Contre l’interdit judaïque de la représentation, la « figure » du Christ donne sens à toutes les autres images.

Et par ricochet, son « corps » sacramentel donne corps à la matière (bois, métal, textile, parchemin) des peintures et des statues innombrables et désirables de la Vierge et des saints. Ainsi la figure et le corps tracent dans les motifs et la matière des images, des chemins qui, en se croisant, invitent le lecteur à un parcours dans le temps long de l’histoire. Commencé dans le Sud de l’Inde et dans le bazar de Téhéran, achevé à l’embouchure de l’Amazone, ce voyage parmi les images chrétiennes médiévales propose un va et vient entre présent et passé, ici et ailleurs.

Source



Citer ce billet
Fiammetta Campagnoli (2023, 9 novembre). Patution : Jean-Claude Schmitt, “Les images médiévales. La figure et le corps”, Paris, Gallimard, 2023. Centre d'Histoire de l'Art de la Renaissance. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mpbt

Fiammetta Campagnoli

Fiammetta Campagnoli est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches se concentrent sur la perception et sur la réception de la spatialité de l’image mariale au XVe et au XVIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search