Groupe de recherche « Atelier Renaissances » : mardi 14 avril, INHA, salle AVD, 18h-20h

ATELIER RENAISSANCES

Mardi 14 avril, 18h-20h

INHA, Salle AVD
Galerie Colbert, 1er étage
2, rue Vivienne, 75002 Paris

 

Giulio Romano, La lapidation de saint Étienne, 1521, Église Saint Étienne, GênesCharlotte Protard (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

« La vision de saint Étienne dans l’art italien du XVIème siècle »

Saint Étienne, premier martyr, semble avoir marqué l’imaginaire des peintres de tous temps, et le XVIe siècle n’y échappe pas. Ce saint dont la vie est relatée dans l’Acte des Apôtres fut jugé puis lapidé pour cause d’avoir blasphémé Dieu et Moïse. Lors de son jugement saint Étienne eut une vision : « Il vit alors la Gloire de Dieu et Jésus debout à la droite de Dieu. “Ah ! Dit-il, je vois les cieux ouverts et le fils de l’homme debout à la droite de Dieu” ». Une œuvre réalisée en 1560 par Juan de Juanes représente saint Étienne ayant une vision lorsqu’il est jugé au temple. Cependant, à la différence de cet artiste espagnol, les peintres italiens du XVIe siècle semblent ne dépeindre cette vision que lorsque le jeune martyr est lapidé. Ce choix iconographique va à l’encontre de ce qui écrit dans la Bible. Qu’est-ce qui a pu pousser les artistes d’Italie à faire un tel choix ? C’est ce questionnement qui animera mon propos.

 Bibliographie indicative:

ARASSE Daniel, Les visions de Raphaël, Paris, Liana Levis, 2003.
BRETON S., KECHICHIAN P. et MOREL Ph., La Conversion de saint Paul, Paris, Desclée de Brouwer, 2001.
KLEINBUB Christian K., Vision and the visionary in Raphaël, University Park, 2011.
POLETTO Christine, Arts et pouvoir à l’âge baroque : crise mystique et crise esthétique aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, 1990.
REAU Louis, Iconographie des saints, tome 3, Paris, Presse universitaire de France, 1958.
STOÏCHITA Victor I. , L’oeil mystique : Peindre l’extase dans l’Espagne du siècle d’or, Paris, Kiron, 2011.

 Iconographie :

Giulio Romano, La lapidation de saint Étienne, 1521, Gênes, Église Saint Étienne.

ANONYME ITALIEN, Pendentif en forme de bateau, seconde moitié du 16e siècle, or, émail, corail et perles, 4 x 5,5 cm, 16 gr, Turin, Palazzo Madama

S’en suivra une réflexion commune autour d’une « Œuvre mystère » :

Anonyme italien, Pendentif en forme de bateau, seconde moitié du 16e siècle, or, émail, corail et perles, 4 x 5,5 cm, 16 gr, Turin, Palazzo Madama.

La séance se clôturera par le traditionnel apéritif.

Pour nous contacter :

Courriel : atelierrenaissances@gmail.com

Vous pouvez également suivre nos actualités sur notre page Facebook : Atelier Renaissances


Vous aimerez aussi...