Appel à contribution : «  Art, science, magie. L’apport des arts plastiques aux sciences secrètes », Arcana naturae, n°5, date limite le 30 novembre 2023

Pour son cinquième numéro (prévu fin 2024), Arcana naturae cherchera à rendre compte de l’imbrication de l’art, de la science et de la magie, à travers l’histoire des sciences secrètes.

On s’intéressera donc en particulier aux productions artistiques plastiques (au sens large, gravures, peintures, sculptures, cartes, etc. ) qui témoignent de la relation entre ces trois pôles conceptuels. En effet, du Mutus liber aux photos et peintures spirites, en passant par les emblemata, le tarot, les “caractères” et magiques, les sculptures alchimiques, les fresques astrologiques, les planches physiognomoniques, comme les illustrations techniques ou symboliques des traités, les oeuvres plastiques ont toujours jouée – en parallèle des textes – un rôle déterminant au sein des sciences secrètes. Ce numéro d’Arcana naturae s’efforcera donc d’étudier dans quelle mesure les œuvres plastiques jouent-elles un rôle actif dans le processus de transmission et de diffusion des connaissances magico-scientifiques ?

Trois axes de recherches principaux sont suggérés pour explorer la question des œuvres plastiques comme média singulier et autonome de la transmission et de la création des savoirs secrets.

  • Dans cette optique, il s’agit d’abord de considérer les œuvres d’art, non comme de simples illustrations ou reproductions plastiques de croyances ou de connaissances magiques et philosophico-scientifiques tirées de livres, mais avant tout comme un média, qui transmet de manière autonome et préserve des traces et des éléments, qui auraient autrement disparus sans elles.
  • Dans le prolongement du premier axe, on cherchera à montrer que certaines œuvres d’art ne sont pas réductibles à des objets ou des productions humaines qui suivraient passivement des doctrines élaborées par la philosophie et par la science (dans des lieux considérés comme “légitimes” ou « supérieurs », à l’instar des grands traités ou des universités), mais peuvent au contraire jouer le rôle de producteurs de connaissances originales. Dès lors, on pourra étudier comment ce type singulier d’œuvres “agentes” modifient les relations entre traités théoriques et artefacts artistiques et les modalités de leur intégration dans les constructions conceptuelles.
  • Plus largement, on s’interrogera sur le rôle et les modalités de présence des images et des illustrations dans les traités des sciences secrètes (magie naturelle, physionomie, alchimie, etc). Ces illustrations sont-elles simplement descriptives, pédagogiques, ou, au contraire, opératives? Sont-elles redondantes ou nécessaires, autrement dit, transmettent-t-elles des éléments essentiels qui ne seraient pas communicables par le seul support textuel ? Reproduisent-elles fidèlement le texte ou au contraire s’en écartent-elles ? Peuvent-elles induire des contresens sur celui-ci ?

[Important] Le cadre du présent appel n’est pas réductible aux axes susmentionnés : toute proposition se proposant de traiter, de manière originale, le rapport entre arts plastiques, sciences et pensée magique sera la bienvenue.

Les contributions peuvent se concentrer sur une période et une aire géographique précise ou proposer des analyses comparatives (trans-historiques ou trans-géographiques) de différentes conceptions de l’art, de la magie et de la science,  à condition d’en justifier soigneusement la pertinence et l’enjeu. D’une manière générale, les contributions qui traiteront des interactions entre ces trois concepts (art, magie, science) et s’attacheront à faire ressortir l’apport singulier des œuvres plastiques seront privilégiées.

De même, si les analyses de gravures sont les bienvenues et occuperont bien sûr une place centrale dans cette future livraison d’Arcana naturae, tout format d’œuvre d’art plus original sera privilégié (sculptures, tableaux, etc.).

Enfin, il est rappelé qu’Arcana naturae est une revue consacrée à l’histoire des sciences secrètes, aussi les auteurs mettront le plus grand soin à éviter toute spéculation pure sur les œuvres en mobilisant les corpus historiques adéquats et en les contextualisant rigoureusement.

Modalités de participation

Les articles, d’une quinzaine de pages (autour de 30 000 caractères, espaces inclus, max. 45 000), seront préférentiellement rédigés en français ou en anglais. Les propositions détaillées d’articles (300 mots), accompagnées d’un court CV et des informations de contact, doivent être envoyées (en fichier .doc ou .pdf) à l’adresse arcana.revue@gmail.com avant le 30 novembre 2023. La notification d’acceptation des propositions sera envoyée le 30 décembre 2023. Les articles devront être soumis avant le 28 juin 2024 pour évaluation en double blind peer review.

Les articles proposés à la revue sont soumis anonymement pour évaluation à deux lecteurs pour avis (double blind peer review). En fonction de ces avis et des recommandations faites, le comité de rédaction prend la décision de : 1) publier l’article ; 2) demander à l’auteur d’effectuer des révisions pour se conformer aux attentes de la revue ; 3) refuser l’article. L’auteur sera averti de la décision finale dans un délai de 1 à 2 mois après soumission. Après acceptation, il lui sera demandé de procéder aux corrections ou révisions de son texte dans le délai indiqué, avant relecture pour correction finale.

Source



Citer ce billet
Florence Larcher (2023, 15 novembre). Appel à contribution : «  Art, science, magie. L’apport des arts plastiques aux sciences secrètes », Arcana naturae, n°5, date limite le 30 novembre 2023. Centre d'Histoire de l'Art de la Renaissance. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mpbz

Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches sur les images de saint Roch en Italie de 1350 à 1680 l'amènent à étudier la peinture murale, la sérialité et l'itinérance des peintres.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search