Journée d’étude : « De la page manuscrite aux bòti de carton : usages prophylactiques et propitiatoires du papier (Italie et par-delà, Moyen Âge – Époque moderne) », Lille, Université de Lille, 20 octobre 2023

À la faveur de l’histoire culturelle des matériaux initiée depuis le material turn, des auteurs démontrent depuis peu la resémantisation spécifique au papier à la Renaissance : prenant progressivement la relève du parchemin en tant que support consacré des sacræ paginæ de l’Histoire sainte, le papier est alors perçu comme « substance de la grâce divine », y compris lorsqu’il est utilisé pour les ex-votos et effigies votives (Chessa, 2019). Dans les représentations peintes, de telles assertions se voient confirmées par les très nombreuses œuvres qui associent l’aspect visuel du livre manuscrit voire de la feuille imprimée à celui de la chair du Christ, Verbe Incarné (Bynum, 2011 ; Gerbron, 2013 ; Gertsman, 2013). Nous proposons donc d’étudier conjointement les étapes matérielles de transformation du papier et les vertus métamorphiques, effectives et imaginaires, dont cette matière malléable était investie.

Cette journée d’étude se propose d’examiner les multiples applications créatives du papier dans les pratiques performatives, prophylactiques et propitiatoires (dévotionnelles ou échappant au cadre strict de la religion) de l’Italie de la Renaissance et de nous guider vers une compréhension plus large de l’impact innovant qui concerne l’utilisation du papier à cette époque. La nature du matériau, une masse plastique obtenue à partir de la macération de produits fibreux ou de la succession de feuilles mouillées et collées sur un squelette qui permet de créer des formes « en positif », a révélé un potentiel intrinsèque du papier, utilisé à la fois comme support visuel de la pensée religieuse et comme moyen d’inspiration pour les productions artistiques.

Des questions connexes à notre sujet ne manqueront pas d’être ponctuellement soulevées, telles :

  • la définition des critères d’usages du papier en regard de ceux du parchemin,
  • la question des occurrences de la préservation d’opérations manuscrites face à la généralisation progressive de l’imprimerie et de l’image gravée.

Il sera également possible d’y assister à distance via ce lien.

Programme au format PDF



Citer ce billet
Florence Larcher (2023, 13 octobre). Journée d’étude : « De la page manuscrite aux bòti de carton : usages prophylactiques et propitiatoires du papier (Italie et par-delà, Moyen Âge – Époque moderne) », Lille, Université de Lille, 20 octobre 2023. Collectif d'Historiens de l'Art de la Renaissance. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mpb1

Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches sur les images de saint Roch en Italie de 1350 à 1680 l'amènent à étudier la peinture murale, la sérialité et l'itinérance des peintres.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search