Actualité : 5e édition du festival de l’histoire de l’art, Château de Fontainebleau, 29-31 mai 2015

Capture d’écran 2015-05-11 à 10.19.05

Le Festival de l’histoire de l’art est une manifestation annuelle gratuite de trois jours qui réunit un public de plus en plus nombreux autour d’environ 300 événements. Il propose conférences, débats et tables-rondes, mais aussi projections de films,, lectures, visites guidées, médiation, présentations d’ouvrages, pour faire découvrir, approfondir et partager l’histoire de l’art.

Organisée par le Ministère de la Culture et de la Communication, l’Institut national d’histoire de l’art et le Château de Fontainebleau, avec le concours du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, la cinquième édition du Festival de l’histoire de l’art aura lieu les 29, 30 et 31 mai 2015.

Destiné à être le rendez-vous de tous ceux qui aiment et font l’histoire de l’art, le Festival offre aux amateurs, aux curieux comme aux professionnels, un panorama riche sur l’histoire des arts visuels de la préhistoire à la création contemporaine, avec le souci de croiser les regards des chercheurs reconnus et des étudiants, des conservateurs, des marchands, des artistes. Il a souci aussi de montrer la fécondité de l’histoire de l’art quand elle dialogue avec d’autres disciplines des sciences humaines (anthropologie, psychanalyse, géographie, philosophie, sociologie…) et des sciences exactes (chimie, maths appliquées).

Le Festival accueille les meilleurs spécialistes, qu’ils soient professeurs, conservateurs, collectionneurs, restaurateurs, galeristes, étudiants etc… heureux de partager leur savoir, leur passion, leurs découvertes, avec un public varié. Un public parmi lequel ils retrouvent leurs collègues mais aussi des familles, des scolaires, des étudiants, des professeurs du secondaire. On croise au Festival aussi bien des connaisseurs que des néophytes curieux, dans une atmosphère chaleureuse.

Entièrement gratuites, ces trois journées ont conquis un public très nombreux. En 2014, 30 000 visites ont été comptabilisées.

 

1. Un thème : Matière de l’oeuvre
Qu’est-ce que la matière de l’œuvre ? Se réduit-elle au médium (peinture, bois, bronze…) ?
Les relations entre création et matériaux impliquent aussi l’imaginaire et le langage. Combinaison ou invention de matériaux, jeux sur l’authentique et le factice, le pauvre ou le précieux ou encore remploi et recyclage : la matière est non seulement utilisée, mais transformée par les gestes humains, dont le geste artistique est une catégorie particulière, que l’on essaiera de cerner.
Comment et pourquoi les artistes choisissent-ils un matériau ? On interrogera aussi le rapport de chacun d’entre nous à la matérialité de l’œuvre. À l’heure où se développent les moyens virtuels de visualisation, il s’agit de comprendre ce qu’apporte une expérience directe de l’œuvre. Si la dématérialisation caractérise nombre d’expériences artistiques du XXe et du XXIe siècles, comment ces œuvres interrogent la matière elle-même ? Quel est leur support matériel et technique ? L’opposition du matériel et du virtuel apparaît en partie factice, par la complémentarité entre matériel et immatériel dans la création et l’expérience de l’art, aujourd’hui comme hier.

 

2. Un pays invité : les Pays-Bas
Le Festival sera l’occasion de faire connaître à la fois des réalisations ou des rénovations muséales récentes très importantes (musée Van Gogh, Rijksmuseum) et la vivacité de la scène artistique et critique contemporaine, dans des domaines moins attendus, comme ceux du design et de la mode. L’Institut néerlandais d’histoire de l’art (RKD), centre documentaire important et innovant, et la Fondation Custodia seront nos partenaires.

 

PROGRAMME
On trouvera ci-dessous une sélection des évènements touchant de près ou de loin à l’art de la Renaissance et à ses problématiques :
  

Vendredi 29 mai de 10h00 à 10h45 : Château de Fontainebleau – Salle des Colonnes

Conférence inaugurale : entre concept et image dans l’oeuvre de Jan Dibbets par Jan Dibbets et Erik Verhagen

Figure majeure et incontournable de la scène artistique de ces cinquante dernières années, l’artiste néerlandais Jan Dibbets, né en 1941, est l’un des principaux créateurs à avoir intégré, et ce dès la deuxième moitié des années soixante, la photographie au sein des arts plastiques. Il s’entretient avec Erik Verhagen, maître de conférence en histoire de l’art contemporain à l’université de Valenciennes.

 

Vendredi 29 mai de 11h30 à 12h00 : Mairie de Fontainebleau – Salon d’Honneur

Conférence : Lire l’oeuvre : d’un langage l’autre par Johanne Lamoureux et  Henri de Rohan-Csermak

Pour en finir avec le pictocentrisme. La pluridisciplinarité comme stratégie pédagogique de décentrement par Johanne Lamoureux

Lire, écrire, décrire : enjeux esthétiques et didactiques par Henri de Rohan-Csermak

 

Vendredi 29 mai de 11h30 à 12h15 : L’Âne Vert Théâtre

Présentation d’ouvrage : De l’idée à la matérialisation : les fonctions de la maquette d’architecture par  Sabine Frommel, Claude Mignot, Claudia Conforti, Alexandre Cojannot. 

La table ronde gravitera autour des diverses fonctions de la maquette lors de la conception et de la réalisation d’une œuvre d’architecture. Embrassant un large horizon de l’Antiquité à l’époque contemporaine, la réflexion veut mettre en relief les étapes de son évolution dans différents centres artistiques européens.

 

Vendredi 29 mai de 13h00 à 13h45 : L’Aigle noir

Présentation d’ouvrage : François Ier. Les femmes, le pouvoir et la guerre par Cédric Michon

Le règne de François Ier évoque à la fois 1515 et la charge de Marignan, Léonard de Vinci et Chambord, l’affrontement avec Charles Quint et l’alliance avec Soliman. Au-delà de ces images, qui fut vraiment François Ier ? Fruit de vingt ans de recherches, cet ouvrage raconte l’histoire d’un roi entre deux mondes, les succès et les échecs de celui qui fut sans doute le dernier roi chevalier et le premier souverain absolu de l’histoire de France.

 

Vendredi 29 mai de 14h00 à 14h45 : Château de Fontainebleau – Salle du Jardin anglais

Conférence : Parure divine, parure noble : le velours dans la mode flamande du XVe siècle, itinéraire d’un textile fastueux par Aurore Bayle-Loudet

Fastueux et sensuel, le velours occupe une grande place dans la mode du XVe siècle. Il est employé par les princes, les bourgeois et les ecclésiastiques de l’époque pour ses couleurs et ses motifs amples. Les œuvres des primitifs flamands nous en offrent un témoignage précieux en rendant avec soin la texture de ce tissage complexe, une figuration minutieuse que l’on peut supposer signifiante.

 

Vendredi 29 mai de 14h00 à 14h45 : MINES ParisTech – Salle 301, Bat P

Conférence : La migration des artistes au temps de Caravage : dimension structurelle et assimilation culturelle par Gert Jan van der Sman

Aux XVIe et XVIIe siècles, un grand nombre d’artistes hollandais et flamands se rendent en Italie. Cette conférence concerne les aspects structurels du processus d’établissement dans la société d’accueil, notamment dans les domaines du travail et du logement. Nous comparerons les activités économiques et les carrières des artistes du Nord travaillant à Florence et à Rome. Nous accorderons une attention particulière au rapide succès rencontré à Rome par Paul Bril, Gerard van Honthorst et Dirck van Baburen.

 

Vendredi 29 mai de 15h30 à 16h45 : Château de Fontainebleau – Salle du Jardin anglais

Matières du livre à la Renaissance : mises en présence et approches virtuelles par Anne-Sophie Lambert, Isabelle Le Pape, Sophie Pascal, Lucile Trunel.

Le service de l’action pédagogique de la Bibliothèque nationale de France propose d’interroger l’approche d’œuvres patrimoniales sur place et à distance dans le cadre de l’exposition François Ier, pouvoir et image.

 

Vendredi 29 mai de 16h30 à 17h15 : Château de Fontainebleau – Salle de la Grotte des Pins

Présentation d’ouvrage : André Chastel, méthodes et combats d’un historien de l’art par Sabine Frommel, Philippe Sénéchal

Les Chambiges, père et fils, architectes des grandes cathédrales de Troyes, Sens, Beauvais et Senlis à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle, contribuent au renouvellement du style gothique flamboyant, raffiné et cohérent. À travers leurs archives se dévoilent la naissance d’un style et l’apparition d’une nouvelle génération de créateurs.

 

Samedi 30 mai de 14h00 à 14h45 : L’Aigle noir

Oeuvre au crible : La Joconde : matière et manière de peindre chez Léonard par Bruno Mottin

Le Portrait de Lisa Gherardini, La Joconde, fait si intimement partie de l’inconscient collectif qu’il n’est plus vraiment regardé. Ce tableau est pourtant essentiel pour comprendre l’art de Léonard de Vinci, car il permet de suivre le cheminement intellectuel de l’artiste dès ses choix de matériaux et dans ses partis de mise en œuvre. L’auteur propose une redécouverte de la technique de La Joconde, et de l’art de Léonard, à partir des données rassemblées par le laboratoire du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France.

 

Dimanche 31 mai de 15h30 à 16h15 : Château de Fontainebleau – Salle des Colonnes

Table ronde : Pour une anthropologie des matériaux de l’architecture par Laurent Baridon, Valérie Nègre, Antoine Picon

La table ronde se donne pour objectif de déterminer les contours d’une approche des valeurs attachées aux matériaux par les hommes qui pensent, font et utilisent les édifices.

 

Dimanche 31 mai de 16h30 à 17h15 : Château de Fontainebleau – Salle de la Grotte des Pins

Conférence : Pour une iconographie de la matière à la fin du maniérisme par Pierre Stepanoff

Du fait du développement de la science et d’un retour à l’aristotélisme se dessine, entre 1550 et 1650 à l’échelle européenne, une esthétique de la matière originelle, de la materia prima, comme force spontanément productrice de formes mystérieuses et inquiétantes. On voudrait en présenter l’iconographie.

 

Dimanche 31 mai de 17h00 à 17h45 : Théâtre municipal – Foyer

Présentation d’ouvrage : L’Europe et la Profondeur par Pierre le Coz 

À partir d’une analyse théologique de l’invention de la perspective au Quattrocento, Pierre Le Coz montre que cette ouverture d’une profondeur dans le plan pictural est bien plus qu’un moyen pratique de représentation de l’espace : rien de moins qu’une « guise nouvelle de l’être de cet espace » qui commande aujourd’hui encore notre manière « moderne » d’appréhender cette catégorie.

 

 

Pendant toute la durée du Festival : Château de Fontainebleau – Galerie des Fastes

Exposition : Avant l’orage d’Hendrik Willem Mesdag

À l’occasion du Festival de d’histoire de l’art, le château de Fontainebleau sort de ses réserves une grande marine néerlandaise du XIXe siècle. Exposé au Salon de la Société nationale des Beaux-Arts de 1890, Avant l’orage appartient à un ensemble d’œuvres achetées, dans les années 1880 et 1890, par l’État français à des artistes étrangers. La présence à Fontainebleau de ce tableau typique de Hendrik Willem Mesdag (1831-1915), déposé au château dès 1891, permet d’évoquer non loin de Barbizon un artiste qui a largement contribué, comme collectionneur, à présenter à La Haye les œuvres des peintres du célèbre village.

 

 

L’intégralité du programme est consultable sur le site du festival de l’histoire de l’art.


Vous aimerez aussi...