Appel à contribution : « ATLAS Soutenir, soutenable », Studiolo, n° 20, date limite le 10 mars 2024

Atlas porte la sphère céleste. Si à partir de la fin du XVIe siècle, avec Gerardus Mercator et l’expansion européenne, son nom a commencé à indiquer principalement l’aspiration à représenter l’ensemble du monde connu et colonisé, les impératifs écologiques actuels nous obligent à repenser son effort pour soutenir le monde lui-même, autrement voué à l’effondrement. Selon certains auteurs, tel Hérodote, Atlas n’était même pas un titan, mais le nom d’une montagne au nord-ouest de l’Afrique considérée comme le pilier du ciel.

Or, si Atlas a déjà prêté son nom à l’atlante d’images constituée par Aby Warburg et aux méthodes heuristiques qui en découlent, la figure d’Atlas porteur, ainsi que celle de la nymphe canéphore, invitent à interroger l’identité de celles et ceux qui portent, ainsi que le poids de leurs fardeaux.

En partant de cette « figure qui soutient », le vingtième numéro de Studiolo appelle à une vaste réflexion sur les représentations des actions de « soutenir », « porter », « prendre en charge », et, par translation, sur les notions de « soutenabilité », « durabilité », « Nachhaltigkeit », en lien non seulement aux images, sujets iconographiques et éléments architecturaux, mais aussi aux questions de matérialité, visibilité, écologie urbaine, marché de l’art, paysage et développement durable, dans un sens  trans-chronologique et transculturel.

À l’encontre du poids insoutenable, n’y a-t-il pas une légèreté et une nouvelle harmonie à trouver ? Comment distribuer équitablement les poids autrement intolérables ? Quels sont les rapports de force cachés derrière les notions de soutien et, par translation, de soutenabilité ?

Le nouveau numéro invite donc à considérer les sens et significations de ces notions et ce large éventail de questions, en sollicitant des contributions qui offrent différentes approches méthodologiques. Les essais pourront avoir une tournure plus classique, proposant des idées et des perspectives nouvelles sur des thèmes et des objets de la Renaissance à l’époque contemporaine, mais aussi proposer des réflexions sur le genre, les inégalités sociales, l’écologie et la durabilité de l’environnement en relation avec le thème proposé.

Les essais pourront aborder, sans s’y limiter, les thématiques suivantes :

  • Figures du soutien : atlantes, cariatides, télamons, putti « porteurs », figures christophores…
  • L’identité des télamons ou des figures porteuses (saints, anges, esclaves…) ; différences ethniques ou de genre des figures porteuses (comme par ex. les figures de maures soutenant des pupitres ou d’autres monuments ; les cariatides ou canéphores dans l’espace urbain) ; la relation entre ces représentations du ‘porter’ et du ‘soutenir’ et les conflits sociaux, religieux et ethniques.
  • Poids vs légèreté (apparente) : le soutien des objets lourds ; les supports des œuvres d’art (cadres, systèmes de suspension, socles de statues…).
  • La ‘soutenabilité’ des grands formats et sculptures ; la virtuosité des dispositifs de présentation, qui cachent le support.
  • Les piédestaux et leurs iconographies.
  • Durabilité, plus ou moins pérenne, et durée plus ou moins soutenable des œuvres et des matériaux utilisés (du marbre au plastique) ; la relation avec la fragilité, le gâchis et la consommation.
  • Extraction et approvisionnement durables.
  • Économie durable de l’art, longue durée et vie des œuvres : réutilisation, recyclage et remploie des matériaux, des formes, des images et des objets (par ex. réutilisation des statues et des colonnes ; recyclage du papier à dessin ; réutilisation des feuilles ; réutilisation des toiles ou de sculptures ébauchées, du non finito, d’objets fonctionnels et re-sémantisé par le remploi ou le détournement) ; styles et techniques artistiques permettant une épargne des matériaux.
  • Durabilité du marché de l’art et des institutions dans le monde contemporain où la pratique de ‘réhabilitation’, par exemple, – de bâtiments, de lieux ou d’espaces urbains (à l’instar de Punta della Dogana) – demande à être envisagée de manière critique en prenant en compte l’opportunité que cela représente, mais aussi l’impact sur le monde de l’art en termes d’hégémonie, d’autonomie et soutenabilité. Temporalité, durabilité et soutenabilité vs effets et objets éphémères (considérés comme des déchets ou ‘consommables’).
  • Restauration durable et longue vie des œuvres.
  • Le rapport des musées et de l’architecture durable à l’environnement.
  • Durabilité des paysages anthropiques vs transformations insoutenables.

Nous avons le plaisir d’annoncer que Chiara Franceschini, Professeure à Ludwig-Maximilians-Universität (LMU), München, a été invité à co-diriger la section thématique dédiée à ATLAS Soutenir, soutenable du numéro 20 de Studiolo.

Les articles peuvent être publiés en trois langues, français, italien et anglais, et doivent être inédits. Dans les rubriques dossier, varia et débats, les articles doivent être compris entre 30 000 et 65 000 signes (espaces et notes comprises). Dans la dernière rubrique Villa Médicis, histoire et patrimoine, ils doivent être compris entre 10 000 et 45 000 signes (espaces et notes comprises). Les œuvres reproduites doivent être fournies par les auteurs et libres de droits. Les auteurs devront se charger de mettre en forme leur article selon les normes éditoriales. L’article doit être accompagné d’un résumé de 800 signes environ et d’une biographie de l’auteur de 800 signes également présentant ses fonctions, ses recherches en cours et ses publications récentes, et complété par son adresse électronique. Ce résumé et cette biographie sont transmis dans un document distinct. Tous ces documents sont à envoyer par courriel, au format Word, à Patrizia Celli, secrétaire de rédaction : patrizia.celli@villamedici.it

Remise des articles : 10 mars 2024
Parution : Printemps 2025


Directeur de la publication : Sam Stourdzé

Rédactrice en chef : Francesca Alberti

Comité de rédaction : Marc Bayard (Mobilier National), Diane Bodart (Columbia University), Olivier Bonfait (Université de Bourgogne), Luisa Capodieci (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne), Stefano Chiodi (Università Roma Tre), Frédéric Cousinié (Université de Rouen Normandie), Ralph Dekoninck (Université de Louvain), Antonella Fenech (CNRS/ Centre André Chastel), Elena Fumagalli (Università degli Studi di Modena e Reggio Emilia), Sophie Harent (Musée national Magnin, Dijon), Michel Hochmann (EPHE, Paris), Anne-Violaine Houcke (Université Paris Nanterre), Dominique Jarrassé (Université de Bordeaux 3, École du Louvre), Annick Lemoine (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris), Maria Grazia Messina (Università degli Studi di Firenze), Patrick Michel (Université Charles de Gaulle – Lille 3), Philippe Morel (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne), France Nerlich (Université de Tours, INHA), Patricia Rubin (Institute of Fine Arts, New York University), Maddalena Scimemi (Università Roma Tre), Tiziana Serena (Università degli Studi di Firenze), Anne-Elisabeth Spica (Université de Lorraine), Véronique Yersin (Édition Macula), Giovanna Zapperi (Université de Genève).

Coordination éditoriale: Cecilia Trombadori

Secrétariat de rédaction : Patrizia Celli

Design graphic : Schaffter Sahli

Editeur : Éditions Macula

 

Source



Citer ce billet
Florence Larcher (2023, 22 décembre). Appel à contribution : « ATLAS Soutenir, soutenable », Studiolo, n° 20, date limite le 10 mars 2024. Centre d'Histoire de l'Art de la Renaissance. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://char.hypotheses.org/36963

Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches sur les images de saint Roch en Italie de 1350 à 1680 l'amènent à étudier la peinture murale, la sérialité et l'itinérance des peintres.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search