Appel à communications : “Théorie(s) et pratique(s) à la Renaissance”, CESR, Tours, le 29 mai 2024, date limite le 31 janvier 2024

L’Association des Doctorants du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance organise à Tours, pour la septième fois, ses rencontres doctorales, le 29 mai 2024, sur le thème « Théorie(s) et pratique(s) ».

L’époque de la première modernité en Europe voit foisonner, dans toutes les disciplines, les écrits théoriques, à travers traités, préfaces, methodi, institutiones, et autres commentarii. Loin de s’opposer, la théorie et la pratique se nourrissent mutuellement. En effet, des De duplici copia verborum ac rerum commentarii duo d’Érasme à l’Idée de l’Histoire accomplie de La Popelinière en passant par la véritable « somme » d’architecture de Sebastiano Serlio, ou encore les Dialogi et Discorsi du musicien Vincenzo Galilei, les théoriciens sont à cette période presque toujours des praticiens, et réciproquement. Mais quelle fidélité entre ces discours et leur mise en œuvre ? La pratique légitime-t-elle les écrits ou au contraire leurs principes sont-ils la forme idéalisée d’un aboutissement de pratiques antérieures ? Peut-on dire qu’à la Renaissance, plus peut-être qu’à toute autre époque, pour reprendre l’expression de Patrick Boucheron, « la pratique n’est pas le brouillon de la théorie mais au contraire sa valeur et sa sève » ? Il s’agira donc de considérer non pas les écrits théoriques en eux-mêmes, mais à la fois les traces qu’ils laissent dans les œuvres et les pratiques concrètes, et les façons dont la théorie s’approprie ces pratiques.

S’inscrivant dans l’axe de recherche « Faire et Savoir-faire » du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, le colloque se veut résolument interdisciplinaire. Les communications concernant la littérature sous toutes ses formes, incluant la traduction, le commentaire ou l’histoire, ce dans toutes les langues européennes (y compris le néo-latin), les arts (peinture, sculpture, musique et architecture, mais aussi pourquoi pas les arts de la ponctuation, de la pédagogie, de la médecine ou de la politique), ou encore l’histoire des sciences et des techniques, seront examinées par le comité, sous réserve qu’elles concernent un domaine discuté et pratiqué à la Renaissance, sur une période allant de Pétrarque à Descartes.

Nous proposons les axes de réflexion suivants :

I- La théorie en pratique et la pratique en théorie

Quel écart existe entre ce qui est proclamé, voire défendu dans des contextes parfois polémiques, et les pratiques effectives ?

Comment s’effectue, dans tous les domaines, le processus de réduction en art qui vise à rassembler, à mettre en ordre, à actualiser et à diffuser par l’écrit un ensemble de savoirs hérités des Anciens et des connaissances des praticiens ?

II- Quand les œuvres interrogent la théorie

Quels liens s’établissent entre théorie et pratique dans les passages méta-artistiques des œuvres, ou, s’agissant d’autres disciplines, les passages où la théorie se questionne sur elle-même ?

III- Influence sur les pratiques de théories extérieures à la discipline

Quels transferts peut-on mesurer sur les pratiques depuis les théories extérieures à l’art (anatomie, physiognomonie), ou depuis les théories d’autres disciplines que celle pratiquée (influence de la rhétorique sur l’architecture, de la théorie de la peinture sur la poésie, de la pensée médicale sur la philosophie politique, par exemple) ?

Modalités de soumission des propositions de communication

– Nous invitons les jeunes chercheurs et chercheuses (en cours de master ou de doctorat, ou deux ans après la soutenance de doctorat au plus tard) à communiquer sur une durée de vingt minutes qui seront suivies d’un temps de questions. Les propositions de communications (300 mots) devront être envoyées accompagnées d’un court CV à cynthia.rodrigues@univ-tours.fr avant le 31 janvier 2024. La réponse sera transmise le 23 février au plus tard.

– Ces rencontres donneront lieu à une publication dans la collection « Travaux du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance » chez Classiques Garnier (sous réserve).

– Les frais de déplacement et d’hébergement sont à la charge des intervenants ou de leur laboratoire de rattachement. Le déjeuner de la journée sera offert par le CESR.

– Pour les questions d’accessibilité PMR/PSH, n’hésitez pas à nous écrire.

Comité scientifique

Marie-Élisabeth Boutroue (Chargée de recherche CNRS, CESR)

Colin Debuiche (Maître de conférences en histoire de l’art moderne, CESR)

Philippe Canguilhem (Professeur de musicologie, Université de Tours, CESR)

Comité d’organisation

Marie Damond (doctorante en littérature française)

Ugo Robert (doctorant en musicologie)

Cynthia Rodrigues (doctorante en histoire de l’art)

Bibliographie indicative

Canguilhem, Philippe (dir.), Chanter sur le livre à la Renaissance : les traités de contrepoint de Vicente Lusitano, Turnhout, Brepols, 2013.

Chevrolet, Teresa, L’idée de fable : théories de la fiction poétique à la Renaissance, Genève, Droz, 2015.

Dauvois, Nathalie, Dürenmatt, Jacques (dir.), La ponctuation à la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, 2011.

Delumeau, Jean (dir.), Théorie et pratique politiques à la Renaissance, Paris, Vrin, 1977.

Dubourg Glatigny Pascal, Vérin, Hélène (dir.), Réduction en art : la technologie de la Renaissance aux Lumières, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’Homme, 2008.

Fayard, Emma (dir), Copia : théorie et pratique, revue en ligne Camenae, no 28, septembre 2022.

Galand-Hallyn, Perrine et Hallyn, Fernand (dir.), Poétiques de la Renaissance : le modèle italien, le modèle franco-bourguignon et leur héritage en France au xvie siècle, Genève, Librairie Droz, 2015.

Giacomotto-Charra, Violaine, Marrache-Gouraud, Myriam (dir.), La Science prise aux mots. Enquête sur le lexique scientifique à la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, 2021.

Judd, Cristle Collins (ed.), Musical Theory in the Renaissance, Farnham, Ashgate, 2013.

Lemerle, Frédérique, Pauwels, Yves (dir.), Histoires d’ordres. Le langage européen de l’architecture, Turnhout, Brepols, 2021.

Leroux, Virginie, Séris, Émilie (dir.), Théories poétiques néo-latines, Genève, Droz, 2017.

Marcucci, Laetitia, « Le rôle méconnu de la physiognomonie dans les théories et pratiques artistiques de la Renaissance à l’Âge classique », Nouvelle Revue d’Esthétique, 2015, no 15, p. 123-133.

Moss Ann, Les recueils de lieux communs : méthode pour apprendre à penser à la Renaissance, Paris, Droz, 2002.

Petey-Girard, Bruno, Trotot, Caroline (dir.), Métaphore, savoirs et arts au début des temps modernes, Paris, Classiques Garnier, 2016.

Séris, Émilie, Solo homo nudus, solo animal sapiens : théories humanistes du nu (xvexvie siècle), Turnhout, Brepols, 2021.

Vendrix, Philippe (ed.), Music and Mathematics in Late Medieval and Early Modern Europe, Turhnout, Brepols, 2008.

Vons, Jacqueline (dir.), Pratique et pensée médicales à la Renaissance, Paris, De Boccard, 2009.



Citer ce billet
Fiammetta Campagnoli (2023, 8 décembre). Appel à communications : “Théorie(s) et pratique(s) à la Renaissance”, CESR, Tours, le 29 mai 2024, date limite le 31 janvier 2024. Centre d'Histoire de l'Art de la Renaissance. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mpcm

Fiammetta Campagnoli

Fiammetta Campagnoli est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches se concentrent sur la perception et sur la réception de la spatialité de l’image mariale au XVe et au XVIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search