Cycle de séminaires : « L’altérité dans l’art », Centre André-Chastel, INHA, Salle Vasari, du 30 janvier 2024 au 18 juin 2024

À l’occasion de ses 20 ans, le Centre André-Chastel organise un séminaire sur le thème de « l’altérité dans l’art ».

Le mot « altérité », du latin alter, désigne l’état d’être autre ou différent. On peut considérer l’expérience de l’altérité comme une source d’inspiration constante dans la création artistique. Que ce soit dans la pratique, la perspective ou le positionnement critique, l’exploration de l’altérité à travers l’art permet de comprendre comment les artistes utilisent leur créativité pour souligner un rapport à autrui, voire à eux-mêmes. Ainsi les emprunts, la curiosité, l’appropriation ou encore les questionnements identitaires permettent-ils d’insister sur les enjeux sociaux et culturels propres à chaque époque. Enfin, l’artiste lui-même a souvent occupé la position de figure de l’altérité pour la société.

Le concept d’altérité s’étudie dans un spectre très large englobant plusieurs sciences comme la philosophie, l’anthropologie, la sociologie, la psychologie ou encore la politique. Les différentes manières de comprendre l’altérité à travers ces domaines influent sur son utilisation dans l’histoire de l’art. En tant que pendant de la notion d’identité, l’altérité permet d’explorer comment les musées, les expositions et les écrits de l’histoire de l’art mobilisent la représentation de l’autre. Depuis les années 1970, notamment à la suite des travaux de Linda Nochlin et d’Edward Said, elle a engendré de nombreuses formes de critiques et de réflexions. Enfin, cette notion nous invite aussi à une certaine réflexivité par rapport à notre démarche d’historien ou d’historienne de l’art qui est elle-même constamment en prise avec l’altérité fondamentale du passé (David Lowenthal).

Le Centre André-Chastel étant un laboratoire dont les membres, historiens de l’art ou archéologues, déploient leurs recherches sur un champ chronologique qui s’étend de l’époque médiévale à la période contemporaine, nous avons délibérément choisi une définition de l’altérité dans un périmètre sémantique et chronologique large de façon à solliciter des orateurs/oratrices d’horizons différents et d’approches variées. Il s’agit d’aborder le thème de l’altérité dans une perspective transversale, diachronique et interdisciplinaire, soulignant ainsi la richesse et la diversité de ce sujet.

Comité d’organisation : Élisabeth Yota et Felicity Bodenstein

Le séminaire se déroulera de janvier à décembre 2024.  Programme cycle L’altérité dans l’art 

Mardi 30 janvier

  • Claire Boisseau, Fortunes iconographiques du supplice de la roue entre Orient et Occident.

Saint Georges, sainte Catherine d’Alexandrie, saint Pantaléon, nombreux sont les saints chrétiens dont le ou l’un des instruments de torture de leur martyre n’est autre qu’une roue. À leur nombre, il faut ajouter les saints Savin et Cyprien dont le martyre figure à la voûte de la crypte de l’abbatiale de Saint-Savin-sur-Gartempe. Les peintures de cette crypte ont longtemps été qualifiées de byzantines, italo-byzantines ou seulement d’influence byzantine. Dans l’esprit des auteurs s’étant exprimés sur le sujet, il s’agissait autant d’une caractéristique stylistique qu’iconographique. C’est ainsi que la formule iconographique choisie pour représenter le supplice de la roue a été qualifiée de byzantine, ce qui est pourtant inexact. Cette conférence se propose donc d’étudier le cas du supplice de la roue à Saint-Savin et ensuite d’observer les évolutions de cette iconographie en Occident après l’époque romane. Ce sera également l’occasion de revenir sur le débat entourant l’influence byzantine dans l’art médiéval occidental.

Venise a été un port pour de nombreux saints arrivés par mer et par terre. Ils sont parfois venus à Venise pour évangéliser la lagune ou bien leurs reliques ont été importées à Venise pour y consacrer des lieux de culte. Ces saints orientaux n’ont pas tous eu la même postérité, mais beaucoup se sont ancrés profondément dans la foi des premiers Vénitiens. Dans le premier programme de la basilique, les saints venus d’Afrique du Nord occupent une place éminente. Au milieu de ces images, souvent stéréotypées, émergent des partis pris iconographiques forts et déroutants, telle la figure de saint Augustin conservée dans la coupole de Saint-Jean datant du XIIe siècle. Cette mosaïque de l’évêque d’Hippone est très éloignée des autres figures hagiographiques contemporaines qui sont presque interchangeables. Augustin figure sous des traits berbères assez reconnaissables. Cette représentation d’un saint d’Afrique du Nord aisément identifiable par ses traits physiques est-elle un unicum à Venise ? Nous montrerons que Venise a manifesté, rapidement après la domination byzantine, un souci et une curiosité pour l’autre qui se retrouvent dans les traits physiques des saints et saintes, le choix de leur langue ou leur nom. Ces éléments, loin d’être anecdotiques ou pittoresques, distillent des principes clefs de la vision vénitienne du monde et de son hégémonie maritime.


Lundi 26 février

  • Nancy Ba« La barbarie des couleurs » comme marqueur de l’altérité dans la représentation sculptée de l’Africain durant la seconde moitié du XIXe siècle.
  • Laure FordinRendre l’autre familier et se rendre étranger à soi, trois exemples d’expositions à la lisière de l’art et de l’anthropologie.

Mardi 12 mars

  • Thierry LaugéePsychologie et biographie animale dans les premiers films documentaires animaliers.
  • Arnaud MailletLe dessin animé surréaliste ou l’art de décaler le regard. Dépaysement et expériences surréalistes versus Walt Disney en matière d’animation.

Mardi 23 avril

Mardi 14 mai

  • Angélique SaadounEdward William Godwin et le style anglo-japonais
  • Thibaud Dapremont, Pratiques artistiques et professions parallèles. La double identité des artistes amateurs en France au XIXe siècle.

Mardi 18 juin

  • Antonella Fenech“A walk on the wild side”. Sauvages du Nouveau Monde et des ensauvagés de l’Ancien. 
  • Stéphane ToussaintL’altérité florentine : de l’obscène à l’idéal d’un art pré-gay ?

Source


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Fiammetta Campagnoli (30 janvier 2024). Cycle de séminaires : « L’altérité dans l’art », Centre André-Chastel, INHA, Salle Vasari, du 30 janvier 2024 au 18 juin 2024. Collectif d'Historiens de l'Art de la Renaissance. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vpog


Fiammetta Campagnoli

Fiammetta Campagnoli est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches se concentrent sur la perception et sur la réception de la spatialité de l’image mariale au XVe et au XVIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search