Exposition : “Revoir Van Eyck. La Vierge du chancelier Rolin”, Paris, Musée du Louvre, du 20 mars au 17 juin 2024

Pour partager avec le public l’événement que représente cette restauration historique (l’oeuvre n’avait jamais été restaurée  depuis son entrée au Louvre en 1800), le musée a décidé de consacrer la première des expositions dossiers à se tenir dans la salle de la Chapelle depuis 2014 au chef-d’oeuvre de Jan Van Eyck : Le Chancelier Rolin en prière devant la Vierge et l’Enfant, dit aussi la Vierge du chancelier Rolin. La restauration, qui a notamment permis d’alléger les couches de vernis oxydé qui assombrissaient la peinture, offre une redécouverte spectaculaire du tableau. Cette opération s’inscrit dans l’élan actuel d’études des œuvres de Van Eyck, d’abord lancé par la restauration du retable de l’Agneau mystique à Gand.

Depuis près de dix ans en effet, ces dialogues internationaux et interdisciplinaires renouvellent fortement les questions des spécialistes. À son tour, le Louvre entend faire découvrir au public combien les études menées au Centre de recherche et de restauration des musées de France et la restauration elle-même interrogent ce que l’on pensait savoir de cette œuvre, longtemps appelée La Vierge d’Autun. Cette œuvre majeure de l’art occidental, aujourd’hui étonnamment méconnue, peut sembler difficile à comprendre. C’est pourquoi l’exposition sera guidée par des questions, qui sont autant d’étapes du regard sur le tableau : pour quel(s) usage(s) Van Eyck a-t-il conçu cette œuvre si spéciale, à l’intention du chancelier Nicolas Rolin ? Pourquoi a-t-il peint à l’arrière-plan un paysage tellement miniaturisé qu’il en est presque invisible ? Comment comprendre les deux petits personnages du jardin ? Quels dialogues l’œuvre entretient-elle à la fois avec l’art de l’enluminure et les bas-reliefs funéraires sculptés ? Peut-on savoir comment les artistes du 15e siècle ont compris cette œuvre ? La Vierge Rolin cristallise en un sens les tensions qui traversent l’art flamand dans le premier tiers du 15e siècle, entre tradition médiévale et expérimentations révolutionnaires.

L’exploration de La Vierge du chancelier Rolin sera enrichie par son rapprochement avec d’autres œuvres de Van Eyck, mais aussi de Roger Van der Weyden, Robert Campin et des grands enlumineurs de l’époque. Une soixantaine de panneaux peints, manuscrits, dessins, bas-reliefs sculptés et objets orfévrés seront exceptionnellement réunis, grâce au soutien de nombreux musées et institutions en France et à l’étranger comme le Städel Museum de Francfort (qui prête pour la première fois la Vierge de Lucques), la Gemäldegalerie de Berlin, la Bibliothèque royale de Bruxelles, la Morgan Library and Museum de New York ou encore le Museum of Fine Arts de Philadelphie.

 Sophie Caron, conservatrice au département des Peintures, musée du Louvre

Source


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Fiammetta Campagnoli (26 mars 2024). Exposition : “Revoir Van Eyck. La Vierge du chancelier Rolin”, Paris, Musée du Louvre, du 20 mars au 17 juin 2024. Collectif d'Historiens de l'Art de la Renaissance. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w3v8


Fiammetta Campagnoli

Fiammetta Campagnoli est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches se concentrent sur la perception et sur la réception de la spatialité de l’image mariale au XVe et au XVIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search