Journée d’étude : « L’image contrainte. Place, forme et fonction de l’iconographie dans les arts décoratifs et précieux », Lille, Université de Lille, 3 avril 2024

La conception d’un objet d’art est marquée par la recherche constante d’équilibre entre fonctionnalité et matérialité, entre structure et décor. Aussi, sa dimension utilitaire initiale – qui en constitue la raison d’être – s’avère-t-elle donc limitante, dès lors que le discours symbolique que l’on souhaite lui assigner, développé par l’iconographie et l’ornement, se confronte aux réalités techniques de sa construction. La mise en image d’un thème iconographique se voit alors, de prime abord, contrainte par la forme de l’objet qu’elle orne. Celle-ci, restreignant toute possibilité créatrice, la condamnerait à n’être plus qu’une présence conventionnelle, un modèle de référence se répétant inlassablement d’une pièce à l’autre. Toutefois, s’il est vrai que, dans les arts décoratifs et précieux, la synthèse nécessaire impose des partis pris plus nettement marqués dans l’élaboration du récit en images, celle-ci ne semble pas, pour autant, constituer un frein au développement de modalités narratives propres. Par conséquent, quand bien même les capacités de l’artiste/artisan seraient limitées par la forme de l’objet, la valeur symbolique dont ce dernier se voit doté par le commanditaire reste, quant à elle, sans mesure.

C’est ce constat initial qui nous amène à interroger le dépassement de cette forme limitante, et à analyser, de ce fait, les solutions – adaptations – iconographiques envisagées pour contourner les impératifs structurels premiers des objets. Ces modifications peuvent d’ailleurs parfois entraîner l’ajout d’une strate sémantique, qui n’est pas présente initialement dans les sources textuelles et leurs exégèses, et créer, en se servant de l’ambivalence de certains motifs, un discours polysémique. Il s’agira, par conséquent, de questionner la place de l’iconographie dans les arts décoratifs et précieux sans la réduire justement à sa simple ambition décorative qui, bien qu’elle existe, ne saurait justifier les variations, aussi infimes soient-elles, que l’historien de l’art rencontre bien souvent sans toujours savoir les appréhender. L’on s’interrogera alors sur la nature de ces adaptations et des procédés narratifs visuels qui y sont en jeu, ainsi que sur les raisons – techniques, économiques, esthétiques, religieuses, politiques, etc. – qui motivent le choix délibéré de ne pas reprendre une composition préexistante, qui a déjà fait pourtant la preuve de son efficacité.

Cette journée d’étude entend ainsi ouvrir une réflexion sur la place de l’iconographie dans les arts décoratifs et précieux, de sa conceptualisation par le commanditaire à sa réalisation par l’artisan. Il s’agira de comprendre par quels biais se réalise la mise en image de différentes sources, dès lors que celle-ci doit se conformer aux impératifs structurels de l’objet qu’elle décore.

9h15 Accueil

9h30 Ouverture Charles Mériaux (IRHiS, ULILLE)
Introduction, Marie-Ange Jésu Duchâtel, Lucas Fellag (IRHiS, ULILLE)

9h45 : Au cœur du sacré, organisation des images et des signes

  • Cynthias Rodriguez (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Tours), Le programme iconographique sur les Tabernacles »
  • Jean-Paul Deremble (IRHiS, ULille), « Entre fabrication matérielle et destination liturgique, la question de la signature de l’objet médiéval. Le Ciboire de Maître Alpais »

11h00 : Le corps et les images des objets intimes sous contrainte

  • Marion Beaufils (CRAL, EHESS, Paris), « Parergon et corps de l’œuvre. Autour du cadre de miroir Médicis du Victoria & Albert Museum »
  • Elsa Dos Santos (LaM, UParis-Nanterre), « Le bijou d’artiste : un objet précieux singulier »

12h00 Déjeuner

13h30 : Formes contraignantes et discours politique

  • Laura Sageaux (ULimoges, PLH-CRATA-UToulouse), « De l’évocation de la Troia nascens à la commémoration de la restitutio Rei publicae : lecture autour de la statue de Poséidon/Neptune sur la cornaline de Phélix »
  • Charlotte Rousset (IRHiS, ULille), « Ne saisir qu’un instant sur une surface petite et circulaire, ou comment narrer la gloire de Louis XV dans les médailles frappées pour son règne »

15h15 : Adaptation et développement narratif dans les arts décoratifs

  • Noémi Duperron (UGenève), « Les Adieux d’Hector et Andromaque : translations et polysémies au XVIIIe siècle »
  • Marie-Ange Jésu Duchâtel (IRHiS, ULille), « Le programme narratif dans les pendules françaises des XVIIIe et XIXe siècles »

17H00 Conclusion

Source


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Florence Larcher (27 mars 2024). Journée d’étude : « L’image contrainte. Place, forme et fonction de l’iconographie dans les arts décoratifs et précieux », Lille, Université de Lille, 3 avril 2024. Collectif d'Historiens de l'Art de la Renaissance. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w450


Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches sur les images de saint Roch en Italie de 1350 à 1680 l'amènent à étudier la peinture murale, la sérialité et l'itinérance des peintres.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search