Appel à communication : “Autour de la tenture de la Dame à la Licorne. Féminité, désir, allégorie”, Cinquièmes Rencontres de la Galerie Colbert, date limite : 15 octobre 2015

Cinquièmes Rencontres de la Galerie Colbert

30 janvier 2016

Dame-a-la-licorne

Tous les chercheurs, restaurateurs et conservateurs de la Galerie Colbert sont invités à participer aux cinquièmes Rencontres de la Galerie Colbert

Pour cette cinquième édition, la Galerie Colbert ouvre à nouveau ses portes au grand public. Lieu historique conservant la mémoire du XIXe siècle et de ses fameux « passages », elle héberge depuis 2001 la plupart des établissements d’enseignement et de recherche d’Île-de-France en histoire de l’art, ainsi que l’Institut national du patrimoine.

Les Rencontres du 30 janvier 2016 permettront de visiter ce haut lieu de la recherche, de la formation et de la coopération internationale en histoire de l’art, et de découvrir les savoir-faire, les outils d’analyse, les méthodes d’examen et d’interprétation des chercheurs qui y œuvrent : historiens de l’art, de la littérature, des arts de la scène, de l’écran et de la photographie, ou conservateurs du patrimoine et des bibliothèques, et restaurateurs. De même, elles constitueront un moment de renforcement de la communauté scientifique de l’histoire des arts, en tissant des liens entre chercheurs confirmés et doctorants.

Selon le principe de cette journée, une œuvre a été choisie pour fédérer les réflexions et nourrir les débats, un chef-d’œuvre de l’art européen, qui a durablement marqué l’imaginaire des artistes et des créateurs, du Moyen Âge à nos jours : la tenture de la Dame à la Licorne.

Découverte, en 1841, par Prosper Mérimée dans le château de Boussac, la tenture de la Dame à la licorne acquise par le musée de Cluny en 1882, a bénéficié récemment d’une restauration et d’une nouvelle présentation. Parallèlement à ce travail, des études ont permis d’apporter de nouveaux éléments sur son attribution, ses commanditaires, sa possible signification… preuve d’un regain d’intérêt.

Tissée vers 1500, elle est composée de six tapisseries, qui reprennent les mêmes figures et éléments : sur une surface fleurie de couleur bleu sombre qui contraste avec le fond rouge vermeil parsemé d’animaux, d’arbres et de minuscules branches, une femme entourée d’emblèmes héraldiques est accompagnée d’une licorne et d’un lion, en référence probable aux armoiries du commanditaire.

Les interprétations de ce cycle, fleuron du patrimoine, sont nombreuses, de l’allégorie des cinq sens à celle des six vertus allégoriques courtoises du Roman de la Rose, en passant par le riche symbolisme de la licorne. Travaillant fortement l’imaginaire collectif, la figure de la Dame à la licorne a suscité de nombreuses reprises et appropriations jusque dans des propositions très contemporaines, comme dans les arts visuels et chorégraphiques…

Lors de ces Cinquièmes Rencontres de la Galerie Colbert, plusieurs axes de réflexion pourront ainsi être traités sur des sujets allant de l’Antiquité à nos jours, tels :

– Métier : tissage, question de la série, artiste/artisan, œuvre collective, couleurs, espace (perspective, profondeur), etc.

– Allégorie : sensorialité, cinq sens, etc.

– Féminité : courtoisie, virginité, pureté, désir, etc.

– Bestiaire : imaginaire, symbolique (programme iconographique), fabuleux, héraldique, etc.

Les contributions des chercheurs et la nature des ateliers, des tables rondes et des projections qui animeront cette journée couvriront le champ historiographique de cette œuvre et de ses développements, les enjeux de son élaboration, de sa réception et de sa conservation, mais aussi les échos et les résonances que ses problématiques peuvent entretenir avec des productions artistiques antérieures, ultérieures et contemporaines.

Tous les chercheurs, restaurateurs et conservateurs de la Galerie Colbert sont invités à participer aux Cinquièmes Rencontres de la Galerie Colbert en envoyant, avant le 15 octobre 2015, à Michael Decrossas, pensionnaire à l’INHA (michael.decrossas@inha.fr), leurs propositions de communication sous la forme suivante :

Nom(s) et institution(s) de rattachement :

Titre :

Résumé de cinq lignes :

Moyens techniques éventuels :

En savoir plus, cliquez ici.

Source


Vous aimerez aussi...