Journée d’étude : « Faire l’œuvre d’art. L’œuvre d’art et ses réseaux, de la création à la collection », Paris, INHA, 25 mai 2024

L’objectif de cette journée est de développer une réflexion transnationale et transchronologique sur l’étude des réseaux dans la conception, l’acquisition et l’appréciation des œuvres d’art. À l’appui de méthodologies variées de l’analyse de l’œuvre d’art et ses réseaux, nous espérons ouvrir le débat sur des périodes de l’histoire de l’art allant de la Renaissance jusqu’au XXe siècle, et dans plusieurs pays en Occident, en particulier la France, l’Italie, les pays nordiques et les États-Unis.

Plusieurs temporalités d’une œuvre d’art coexistent de sa conception à sa conservation dans une collection, en passant par son acquisition et son appréciation. Ces temporalités s’articulent autour d’un réseau d’acteurs qui varient selon les époques. Qu’ils s’agissent des collectionneurs, des marchands d’arts, des mécènes, des conservateurs, des critiques d’art ou encore des galeristes, ces acteurs interagissent en déterminant la vie sociale de l’œuvre d’art.

La conception de l’art en tant que système organisé autour des relations sociales est au centre d’une méthodologie de la recherche liée à l’histoire sociale de l’art et à la sociologie de l’art. Comme l’énonçait H. Becker (1982), « le monde de l’art est un réseau de coopération au sein duquel les mêmes personnes coopèrent de manière régulière et qui relie donc les participants selon un ordre établi ». L’art s’envisage donc comme « le produit d’une action collective ». Cette pensée, dans sa vocation interdisciplinaire et transchronologique, n’exclut pas, voire intègre, inévitablement d’autres méthodologies de l’histoire de l’art. Elle invite ainsi à prendre en considération les notions de « réseaux de circulations » des œuvres et des collections voire de « contamination » (A. Warburg, 1923) et de « transferts » (M. Espagne et M. Werner, 1985) entre plusieurs cultures et pays. Aussi, elle questionne les relations entre le goût, la mode, le marché, la psychologie, la politique et les croyances d’un seul ou de plusieurs groupes d’individus appartenant à une ou plusieurs zones géographiques.

L’objectif de cette journée est d’encourager la discussion, l’échange et la diffusion de la recherche de jeunes chercheuses et chercheurs. Elle projette de développer une réflexion transnationale et transchronologique sur l’étude des réseaux dans la conception, l’acquisition et l’appréciation des œuvres d’art. À l’appui de méthodologies variées de l’analyse de l’œuvre d’art et ses

réseaux, nous espérons ouvrir le débat sur des périodes de l’histoire de l’art allant de la Renaissance jusqu’au XXe siècle, et dans plusieurs pays en Occident, en particulier la France, l’Italie, les pays nordiques et les États-Unis. Une telle approche nous aidera à construire un premier espace de confrontation sur les méthodologies de la recherche développées en fonction des époques, des pratiques, des sources, des narrations mais aussi des rôles et des personnalités étudiées. Ce séminaire, que nous espérons fécond, sera l’occasion d’exposer l’état de la recherche actuelle mais aussi de créer un dialogue afin d’identifier des occurrences et des points de croisement entre des approches qui paraissent a priori incomparables, en suivant quatre axes de réflexions :

  • Pratiques d’atelier et « académisme » (enjeux collaboratifs de la pratique artistique, la question des modèles et du système de copies comprenant la notion « le copiste copié », transferts des motifs, des techniques et des savoir-faire)
  • Autonomisation de l’activité de l’artiste (remise en question de la notion d’autonomie de l’art, rôle du marché et des dynamiques marchandes, rapport entre l’artiste et les acteurs du système de l’art)
  • Enjeux du collectionnisme et rôle de la collection dans la transformation d’une œuvre d’art (rayonnement de l’œuvre à partir de la constitution d’une collection, nouvelle signification des œuvres opérée par le marché, réseaux des collectionneurs, processus décisionnel et formation du goût)
  •  Discours sur l’œuvre (réseaux d’historiens et historiennes de l’art dans la mise en histoire de la création artistique, réseaux d’appréciation et de dépréciation de l’art)

Accueil – Sabine Frommel (9.15 – 9.30)

Introduction – Organisateurs et Léa Saint- Raymond (9.30 – 9.45)

L’œuvre, l’atelier et les collaborateurs

Modératrice : Maëlyss Haddjeri

  • Camille Ambrosino : Échanges et transferts des techniques dans les ateliers de sculpteurs à l’aube de la Renaissance ~ (9.45 – 10.15)
  • Discussion (10.15 – 10.30)
  • Louna Commans : Lagneau un artiste isolé ? ~ (10.30 – 11.00)
  • Discussion (11.00-11.15)

Pause-café (11.15-11.45)

Vers une autonomie de l’artiste et de l’œuvre ?

Modérateur : Axel Moulinier

  • Antoine Chatelain : « Il y a de la folie, c’est l’homme à la mode » : stratégies commerciales et autonomisation de l’artiste chez Jean-Baptiste Greuze (1725-1805) ~ (11.45-12.15)
  • Discussion (12.15-12.30)
  • Stella Cattaneo (en ligne) : Art et critique d’art : redéfinir l’autonomie de l’artiste en Italie pendant les années 1960-1970 ~ (12.30-13.00)
  • Discussion (13.00-13.15)

Déjeuner (13.15 – 14.30)

Collectionnisme : transformer l’œuvre

Modératrice : Stefania Lumetta

  • Maria Giovanna Donà : La quadreria Bolognetti. Généalogie d’une collection bourgeoise à Bologne entre le XVIIe et le XVIIIe siècle ~ (14.30-15.00)
  • Discussion (15.00-15.15)
  • Flaminia Fertilo : Transatlantic Transactions. The Network of art market sacred furnishings between Italy and the US during the Gilded Age (communication en anglais) ~ (15.15-15.45)
  • Discussion (15.45-16.00)

Pause-café (16.00-16.30)

Discours sur l’œuvre

Modératrice : Manon Lebreton

  • Pauline Randonneix : Littérature artistique et terminologie, axes de recherches pour l’étude de la peinture européenne de la première moitié du XVIIe siècle ~ (16.30-17.00)
  • Discussion (17.00-17.15)
  • Dina Eikeland : Mise en récit, mise en réseau : le cas de la réception de l’art français en Scandinavie et questions de méthode ~ (17.15-17.45)
  • Discussion (17.45-18.00)

Conclusion des travaux (18.00-18.30) ~ Michela Passini

La journée d’études sera retransmise sur zoom : https://univ-amu-fr.zoom.us/j/86838035116?pwd=VWNTTG9mZXVIV0lVVUcwbWhMR1RWUT09 (ID de réunion: 868 3803 5116 ; Code secret: 262014)

Source



Citer ce billet
Florence Larcher (2024, 17 mai). Journée d’étude : « Faire l’œuvre d’art. L’œuvre d’art et ses réseaux, de la création à la collection », Paris, INHA, 25 mai 2024. Collectif d'Historiens de l'Art de la Renaissance. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ojv

Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches sur les images de saint Roch en Italie de 1350 à 1680 l'amènent à étudier la peinture murale, la sérialité et l'itinérance des peintres.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search