Appel à contribution : « Nourrices, allaitements et enfants abandonnés dans la culture visuelle de l’époque moderne à nos jours », Dijon, 12 octobre 2024, date limite le 26 juin 2024

Le travail des nourrices a suscité un regain d’intérêt à la suite des études conséquentes consacrées à l’histoire des femmes, de la vie privée et de la famille. Si quelques travaux en histoire de l’art sont consacrés au sujet, cette journée d’études se propose d’explorer plus largement les représentations et la culture visuelle liée à cette figure du travail et de la maternité sur une chronologie étendue, allant de la fin de la période moderne jusqu’à nos jours (du XVIe au XXIe siècles).

Nous encourageons l’étude de vastes corpus d’images comme d’œuvres plus rares en lien avec l’examen des contextes historiques et des discours théoriques, scientifiques ou littéraires. Cette mise en perspective permettra d’interroger les représentations de cette pratique et ses conditions d’exercice mais aussi les imaginaires sociaux qui s’y rattachent. Des charités romaines aux nourrices animales en passant par les lactations miraculeuses, ces figures réelles, mythiques, allégoriques ou symboliques, invitent à interroger les modèles iconographiques de l’histoire de l’art.

Cette journée d’études souhaite étendre l’analyse de la nourrice à plusieurs thématiques connexes, notamment celle de l’évolution des représentations du soin apporté au nourrisson et au jeune enfant, des hospices jusqu’à l’invention de la puériculture à l’époque contemporaine. Au-delà de la nourrice comme femme allaitante, l’analyse des multiples avatars de la maternité déléguée et reportée, de la femme éduquante, du travail domestique et du soin d’autrui en lien avec ce qui est désigné comme étant « la petite enfance » (telles que les nounous, nurses, domestiques, gouvernantes, institutrices, assistantes maternelles…) est encouragée. Ces activités inscrivent la nourrice directement au cœur de l’épistémologie, des problématiques et de l’éthique du care auxquelles les participants sont invités à réfléchir : quelles organisations et quelles répartitions de ces activités du soin sont montrées, inventées, idéalisées ou critiquées ? Quelles sont leurs conséquences et qu’en donnent à voir les artistes ?

Les nourrices seront ainsi analysées dans des réseaux de relations, interpersonnelles et institutionnelles. Les œuvres d’art pourront être examinées à l’aune de leur capacité à éclairer les dynamiques complexes de la cellule familiale, de la hiérarchie domestique, des institutions hospitalières, à diverses époques. La sociabilité féminine dans le domaine de la maternité apparaît comme un thème récurrent mais les propositions pourront aussi s’intéresser à la présence masculine dans ces espaces réputés « féminins » et interroger la division sexuée de ces activités.

La nourrice est une figure importante de la culture populaire et des imaginaires collectifs, à la manière du personnage de la nounou bretonne Bécassine. Mais la nourrice raillée des caricatures de mœurs ou des pièces de théâtre comique n’est pas celle des illustrations et des contes pour enfants. On constate aussi sa présence dans de nombreux objets culturels de l’enfance, allant de la littérature et des albums jeunesses aux éléments de décors, de mobiliers et des jouets. La tenue même de la nourrice, ses outils et accessoires font l’objet d’élaborations spécifiques et d’une culture matérielle qui restent à étudier.

Enfin, la journée d’études est également ouverte aux propositions qui prendront pour sujet la représentation des « enfants assistés », ces enfants abandonnés et confiés par leurs mères aux institutions de l’assistance, hospices et congrégations religieuses à vocation soignante. Les nourrices exercent leurs activités dans ces établissements hospitaliers et évoluent parfois vers d’autres fonctions et carrières.

Les propositions de communication devront comporter :

  • Nom, prénom et adresse mail
  • Les affiliations institutionnelles
  • Le titre de la communication
  • Un résumé de la communication de 2000 signes / 300 mots
  • Une courte présentation biographique 500 signes / 100 mots

Elles devront être envoyées, d’ici le 26 juin à l’adresse suivante : comite.nourrices@gmail.com. Les réponses seront envoyées avant la mi-juillet.

Source


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Florence Larcher (10 juin 2024). Appel à contribution : « Nourrices, allaitements et enfants abandonnés dans la culture visuelle de l’époque moderne à nos jours », Dijon, 12 octobre 2024, date limite le 26 juin 2024. Collectif d'Historiens de l'Art de la Renaissance. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11scx


Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches sur les images de saint Roch en Italie de 1350 à 1680 l'amènent à étudier la peinture murale, la sérialité et l'itinérance des peintres.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search