Thèse publiée: Francesca Alberti, La peinture facétieuse. Du rire sacré de Corrège aux fables burlesques de Tintoret, date de parution le 9 septembre 2015

 

La peinture facétieuse

Du rire sacré de Corrège aux fables burlesques de Tintoret

 

Francesca Alberti

Actes Sud Beaux Arts
Hors collection
Septembre, 2015 / 14,0 x 22,5 / 480 pages

 

5156w4HIDhL

L’histoire de l’art a longtemps considéré le rire dans la peinture italienne de la Renaissance comme un phénomène mineur et trivial. Ce livre démontre qu’il en va autrement. En référence aux études sur la “peinture comique”, il propose une réflexion à la fois plus ample et plus ciblée sur le rire dans l’art du XVIe siècle. Plus ample, parce qu’elle envisage toutes les formes du rire devant les images, et les pratiques sociales qui les sous-tendent. Plus ciblée, parce qu’elle offre aussi une analyse minutieuse de cinq tableaux qui illustrent de manière paradigmatique le fonctionnement du comique dans la réception des images.
Les ressorts comiques de la peinture, devenus pour la plupart étrangers à l’oeil contemporain, exigent une enquête historique et anthropologique. Cet ouvrage permet au lecteur de saisir et d’apprécier les dimensions facétieuses des oeuvres, leurs enjeux et leurs fonctions. Par une étude des différentes théories du rire depuis l’Antiquité jusqu’à la Renaissance, Francesca Alberti dégage les origines anciennes d’une conception positive du rire, explique ses liens étroits avec l’érotisme ou encore souligne l’importance de la surprise dans sa “mécanique”. Les exemples choisis dévoilent les multiples facettes du comique et témoignent, en particulier, de la porosité entre sphères sacrée et profane. Les retables du Corrège révèlent l’existence et le fondement théologique d’un rire sacré, tandis que les fables mythologiques du Tintoret dévoilent le renouveau du burlesque divin dans sa dimension souvent parodique.
L’auteur utilise une approche interdisciplinaire qui fait dialoguer l’histoire de l’art et l’anthropologie, l’histoire des religions et l’histoire de la littérature ou encore les théories médicales et la philosophie. Par l’envergure et l’originalité des champs convoqués, l’étude jette un regard radicalement neuf sur l’art italien de la Renaissance.

 

Sur le site d’Actes Sud

 


Marie Piccoli-Wentzo

Marie Piccoli-Wentzo est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image du désert dans l'art italien de la fin de l'époque médiévale et du début des temps modernes (XIVe-XVIe siècle).

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search