Séminaire collectif d’histoire de l’art de la Renaissance: 8e séance, vendredi 20 mai, INHA, salle Vasari, 18.00

Le séminaire collectif d’histoire de l’art de la Renaissance est organisé par le Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance (Université de Tours), le Centre d’Histoire et de Théorie des Arts (EHESS), l’Ecole Pratique des hautes Etudes et le Centre d’Histoire de l’Art de la Renaissance (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne).

Programme 2015-2016

La huitième séance de ce séminaire se tiendra le vendredi 20 mai de 18h à 20h à l’INHA en salle Giorgio Vasari. Anne Corneloup, maître de conférences à l’Université de Strasbourg, interviendra sur le thème: « Una donna più degna dell’huomo » ? Du double-entendre dans la figuration picturale des rapports homme-femme

unnamed

Il y a maintenant une décennie, alerte était lancée, sur la probable insuffisance de la recherche en matière d’études « féministes » ou « de genre » chez les historiens de l’art, français notamment. L’appel a été entendu, avec des enquêtes fructueuses sur les héroïnes – tant auteurs, que mécènes, que personnages éloquents – de l’Art. On pense aussi aux travaux menés sur l’hybridation des genres ou encore la conjugalité… Si le témoignage des images peut être utile à mieux cerner les mentalités dans l’histoire, c’est en effet, plutôt que sur « la place de la femme », question assez stérile en soi, sur les configurations hommes-femmes, sur la place respective des uns au regard des autres. Le cas du Vénitien Pietro Vecchia (1603-1678) me servira ici de pivot. La femme est-elle à la hauteur de l’homme ? Y a-t-il des femmes, mais sont-ce alors des exceptions, qui en soient vraiment dignes ? Ou n’est-ce pas en fait à l’homme, de s’interroger sur sa propre dignité, et ses indignités bien sûr ? Que signifierait se comporter honorablement, entre hommes et femmes ? Les gros plans dramatiques de ce curieux peintre-là ne tranchent évidemment pas : ce furent, je tâcherai de le montrer, des machines à produire de semblables questionnements, à essayer pour un temps la place de l’autre, à revoir, à mettre en jeu ses propres positions. Un jeu aussi émouvant et sérieux dans ses finalités (s’efforcer d’entendre cet autre sexe) que burlesque par les retournements (le double-entendre) qu’il propose. Or par là, un Vecchia devrait nous inciter, aujourd’hui, à relire sous un angle un peu différent les hommes de lettres supposés misogynes, qui furent ses contemporains ; à relire aussi Titien, qu’il explora de près ; à relire, encore en amont, les figures du couple qu’avait imaginées Ovide, par exemple.

 

Anne Corneloup est Maître de conférences à l’université de Strasbourg, membre de l’équipe ARCHE-Arts, Civilisation et Histoire de l’Europe – http://ea3400.unistra.fr/equipe/membres-titulaires/anne-corneloup/


Marie Piccoli-Wentzo

Marie Piccoli-Wentzo est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image du désert dans l'art italien de la fin de l'époque médiévale et du début des temps modernes (XIVe-XVIe siècle).

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search