Colloque : « Construire avec le corps humain » (Paris et Fontainebleau, 18-20 mai 2016)

Les ordres anthropomorphes témoignent d’une extraordinaire continuité depuis l’Antiquité grecque, même durant le Moyen Âge. Grâce à la description détaillée des Perses et des Caryatides par Vitruve dans son De Architectura, ils demeurèrent longtemps liés à la métaphore de la soumission et du châtiment. Le patrimoine classique a légué de nombreuses variantes de ces ordres parmi lesquels termes, atlantes et formes mixtes, où le corps humain peut être entier ou fragmenté.
A l’occasion de la réactualisation de l’héritage romain pendant la Renaissance, ces supports profitèrent d’une réception prodigieuse, marquée par des prototypes créés par Raphaël et Michel-Ange dans des œuvres commandées par les papes Jules II et Léon X. Ces supports ont fortement stimulé l’imagination des artistes et se sont progressivement enrichis d’un vaste éventail de significations allégoriques, narratives et symboliques. Leur apparition précoce et leur succès durable au nord des Alpes, en Espagne et en Europe centrale s’explique par la popularité des piliers, colonnes ou consoles sous traits humains dans l’architecture romane et gothique, qui permirent aux maîtres du XVIe siècle d’adopter un modèle vitruvien sans pour autant renoncer aux traditions autochtones. La gravure et les traités d’architecture favorisèrent une importante diffusion, facile à accorder avec les goûts artistiques de différentes ambiances culturelles, en gagnant les monuments – même religieux –, les tableaux, les vitraux, les meubles et jusqu’à l’orfèvrerie de table.

« Construire avec le corps humain. Les ordres anthropomorphes et leurs avatars dans l’art européen de l’antiquité à la fin du XVIe siècle »                     
Colloque international organisé par le Centre Allemand d’Histoire de l’Art, le château de Fontainebleau, l’École Pratique des Hautes Études (Sorbonne) et l’université de Würzburg
Sous la direction scientifique de Vincent Droguet, Sabine Frommel, Thomas Kirchner et Eckhard Leuschner
Du 18 au 20 mai 2016 au Centre allemand d’histoire de l’art à Paris et au château de Fontainebleau.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search