Parution : Maurizio Zecchini, « Léonard de Vinci et Gian Giacomo Caprotti dit Salaï : l’énigme d’un tableau » Venise, Marsilio Editori, 2016

Léonard de Vinci et Gian Giacomo Caprotti dit Salaï : l'énigme d'un tableau

Préface et postface de Bernardo Caprotti Traduit de l’italien par Laura Meijer, appendice technique sous la direction d’Ezio Buzzegoli.

Septembre 2016.

Résumé :

L’histoire du portait du Christ attribué à Gian Giacomo Caprotti, un élève de Léonard de Vinci, accompagnée d’un appendice technique livrant les résultats d’études de la peinture après divers examens (analyse radiographique, thermographique, fluorescence ultra-violette, restauration du support bois, etc.). L’auteur étudie également la relation du maître à l’élève.

Les sciences imitables sont celles où l’élève se fait l’égal de l’auteur et semblablement donne son fruit : elles sont utiles pour qui les imite, mais elles n’égalent pas en excellence les sciences qui ne se peuvent laisser en héritage, comme l’autre matière.

Parmi les sciences inimitables, la peinture vient la première : on ne l’enseigne pas à celui que la nature n’a pas doué, à l’inverse des mathématiques, où l’élève reçoit autant que le maître donne. La peinture ne se copie pas, comme les lettres, dont tant vaut la copie que l’original: celle-là ne se moule pas, comme la sculpture, dont le moulage reproduit l’original.

Quant à la puissance de l’oeuvre, celle-là ne se reproduit pas en d’innombrables exemplaires comme les livres imprimés ; celle là reste noble, honorant son auteur, toujours précieuse et unique, et n’engendre pas des filles qui l’égalent ». Léonard de Vinci

Lien vers l’éditeur : Marsilio Editori

 


Vous aimerez aussi...