Conférence : Guillaume Fonkenell, conservateur du patrimoine au musée national de la Renaissance, « L’art de la guerre », La Grange à Dîmes – Place de la Mairie – 95440 ECOUEN, vendredi 27 janvier 2017, 20h45.

Vendredi 27 janvier 2017 à 20h45
La Grange à Dîmes
Place de la Mairie

95440 ECOUEN

Guillaume Fonkenell, conservateur du patrimoine au musée national de la Renaissance
Tout public
Gratuit
Le musée national de la Renaissance propose, en partenariat avec la Société des Amis du musée, la ville et l’office de tourisme d’Ecouen, des conférences sur la Renaissance sous tous ses aspects. Menées par des scientifiques (chercheurs universitaires ou conservateurs), elles ont lieu dans la Grange à Dîmes, au centre-ville, en contrebas du château.

L’art de la guerre

Vendredi 27 janvier 2017 à 20h45

Par Guillaume Fonkenell, conservateur du patrimoine au musée national de la Renaissance

La Renaissance marque le début de la guerre moderne, plus meurtrière, avec des armées organisées et bien équipées, engagées dans trois grands types de conflits. À partir de 1480, l’Europe doit contrer une menace extérieure : l’Empire ottoman qui s’attaque aux pays de l’Est puis tente de contrôler l’ensemble de la mer Méditerranée. Les intérêts divergents des grandes puissances aboutissent aux guerres d’Italie. Enfin, l’Europe de la Renaissance est secouée par de véritables épisodes de guerres civiles, en particulier autour de la question de la Réforme protestante.

Le progrès technique joue un rôle majeur dans la guerre moderne, avec le développement des armes à feu portatives et surtout de l’artillerie qui oblige à une transformation radicale des fortifications. La Renaissance invente le bastion, dont la forme est conçue pour éviter les angles morts. Les ingénieurs militaires, italiens en particulier, sont alors très recherchés et les traités techniques se multiplient, à côté des études stratégiques qui s’appuient sur l’étude de l’antique.

Le monde militaire, où la noblesse garde un rôle prééminent, est également marqué par la remise en cause de l’idéal chevaleresque médiéval. Le service des armes devient un métier permanent et rémunéré. En 1534, François Ier entreprend de lever une infanterie organisée suivant le modèle des légions romaines et, en Espagne, l’armée s’organise autour des arquebusiers. La cavalerie lourde doit s’adapter et les années 1540 voient l’apparition des reîtres, des unités légères et rapides, équipées non plus de lances mais d’armes à feu.

Renseignements et réservations au 01.34.38.38.50 ou evenement.musee-renaissance@culture.gouv.fr

http://musee-renaissance.fr/evenement/conference-lart-de-la-guerre


Vous aimerez aussi...