Séminaire collectif d’histoire de l’art de la Renaissance: 5e séance, Paris, INHA, salle Vasari, vendredi 24 février 2017, 18.00

Le séminaire collectif d’histoire de l’art de la Renaissance est organisé par le Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance (Université de Tours), le Centre d’Histoire et de Théorie des Arts (EHESS), l’Ecole Pratique des hautes Etudes et le Centre d’Histoire de l’Art de la Renaissance(Université Paris 1 Panthéon Sorbonne).

.

Programme 2016-2017

.

La cinquième séance de l’année se tiendra le vendredi 24 février à 18.00 à l’INHA en salle Giorgio Vasari (1er étage). A cette occasion, l’ouvrage Quand l’esprit vient aux plantes sera présenté en présence de son auteur, Dominique Brancher (professeur à l’Université de Bâle) et de Guillaume Cassegrain (professeur à l’Université Grenoble Alpes).

.

.

Présentation de l’ouvrage: Quand l’esprit vient aux plantes. Botanique sensible et subversion libertine (XVIe-XVIIe siècles)

« L’arbre gémit, soupire, pleure d’une voix humaine », et Michelet ajoute : « On croit que c’est le vent, mais c’est souvent les rêves de l’âme végétale ». Aux XVIe et XVIIe siècles, botanistes, romanciers et philosophes ont eux aussi rêvé et pensé la plante, en lui conférant un statut moral et ontologique équivoque. Car, sous leur plume, brouillant les frontières entre flore, faune et humanité, parfois l’esprit et le désir viennent aux plantes. Dès lors ce n’est plus seulement la mise en valeur de l’intelligence animale, mais aussi la promotion d’une pensée et d’une sensibilité végétales qui nourrissent la critique de l’anthropocentrisme dans l’Europe pré-moderne. Un tel trouble catégoriel, bien sûr, inquiète et stimule les efforts pour comprendre et distinguer les différentes sortes de vivants. Mais le problème, philosophique, est aussi religieux. La revalorisation de l’âme inférieure des plantes se situe du côté de la dissidence doctrinale, l’être végétal menaçant de destituer l’homme. Cet essai veut donc montrer que le monde de Flore a été utilisé pour subvertir le principe d’un étagement clair entre les règnes, au profit d’une conception plus poreuse des frontières du vivant.

.

Site de l’éditeur

.


Marie Piccoli-Wentzo

Marie Piccoli-Wentzo est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image du désert dans l'art italien de la fin de l'époque médiévale et du début des temps modernes (XIVe-XVIe siècle).

Vous aimerez aussi...