Colloque international : “Penser et agir à la Renaissance – Thought and Action in the Renaissance”, Université de Chicago, 29-30 mars 2017

Colloque FISIER
Penser et agir à la Renaissance / Thought and action in the Renaissance
Université de Chicago, 29-30 mars 2017
Centre de l’Université de Chicago à Paris, avril 2018

Pour fêter le soixantième anniversaire de sa fondation, la FISIER organisera un colloque à
Chicago en mars 2017 et à Paris en avril 2018 sur les figures du penseur dans l’Europe de la
Renaissance en prenant le parti de ré-historiciser et de resocialiser les idées fondatrices qui ont porté le
siècle. Dans le prolongement du récent ouvrage de Marie Barral-Baron sur L’Enfer d’Erasme. Un
humaniste face à l’histoire, Genève, Droz, 2014, il s’agira de saisir les penseurs de la Renaissance
« pleinement immergé[s] dans le réel et dans les affres de [leur] temps » (p. 42), de confronter leurs
idées et leur action, de mesurer leur engagement (ou leur désengagement) politique et social, d’éclairer
leurs échecs à la lumière d’une histoire aussi violente qu’imprévisible.

Si certains d’entre eux se heurtent à la société leur temps (Érasme, Castellion), parfois au prix
de leur sang (Michel Servet ou Giordano Bruno), d’autres parviennent à conjuguer pensée théorique et
action pratique comme en témoigne l’engagement dans la cité de certains humanistes (Pétrarque,
Colluccio Salutati ou Michel de l’Hospital) et savants (Ambroise Paré). On citera aussi l’exemple des
réformateurs dont la mission est à la fois politique et religieuse, doctrinale et pragmatique. Il suffira
d’évoquer la « république chrétienne » fondée par Zwingli à Zurich ou encore le programme social et
économique mené par Calvin à Genève sans parler de l’engagement géographique des penseurs
français ou espagnols dans le Nouveau monde. Chez d’autres, comme Thomas More, les idées entrent
en contradiction avec les exigences liées à leur fonction sociale. C’est particulièrement vrai dans la
deuxième moitié du siècle, au temps des conflits et des tensions en tous genres : les penseurs peinent à
imposer la hardiesse de leurs idéaux politiques et religieux sans cesser pour autant de les porter au
grand jour : voir l’exemple des monarchomaques en France. Les contextes exacerbés ou les contraintes
sociales obligent à la prudence ou aux ruses éditoriales (publications anonymes, circulations
manuscrites), d’autant plus que certains de ces penseurs sont des hommes politiques ou des
théologiens influents (Théodore de Bèze, Philippe Duplessis-Mornay, Francis Bacon).

Dans cette réflexion commune sur l’action des penseurs européens de la Renaissance, on
pourra distinguer :
– leur engagement théorique, autrement dit l’écriture de la pensée (politique, sociale ou
historique) comme forme d’action en soi.
– leur implication pratique dans la réalisation d’actions politiques et sociales ;
– leur rapport complexe avec la société de leur temps : censure, contraintes, stratégies,
conflit, condamnation ;
– la réception de leurs idées par leurs successeurs ;
Sans exclure les penseurs mineurs, nous privilégierons les figures majeures de la pensée
renaissante, dont nous dressons ici une liste non exhaustive : Francis Bacon, Théodore de Bèze, Jean
Bodin, Giordano Bruno, Martin Bucer, Jean Calvin, Sébastien Castellion, Philippe Duplessis-Mornay,
Erasme, Guillaume Farel, Michel de L’Hospital, Martin Luther, Machiavel, Montaigne, Thomas More,
Ambroise Paré, Michel Servet, Francisco de Victoria, Ulrich Zwingli.

Institutions organisatrices : University of Chicago, Centre Montaigne (Bordeaux), Gruppo di Studio
sul cinquecento, Société française d’Étude du Seizième Siècle (SFDES), Singleton Center for the
Study of Pre-Modern Europe (Johns Hopkins), Centre for the Study of the Renaissance (Warwick).
Comité d’organisation : Philippe Desan, Véronique Ferrer, Ingrid de Smet, Rosanna Gorris-Camos,
Bruno Petey-Girard, Eugenio Refini.

Contacts : Philippe Desan (p-desan@uchicago.edu) et Véronique Ferrer (veronique-ferrer@orange.fr)

Programme

Source


Vous aimerez aussi...