Colloque : « Les Psaumes de David », Arras – Centre de Recherche Trans Littéraires, 23-24 mars 2017.

Capture d’écran 2017-03-15 à 13.59.22

Fidèle à une alternance entre Ancien et Nouveau Testament, le colloque annuel Graphè porte en 2017 sur les Psaumes de David. Le Livre des Psaumes réunit cent cinquante poèmes, de longueur variée, aux tonalités nombreuses : déclarations de fidélité à Dieu ou à Jérusalem, imprécations contre l’ennemi, supplications ou cris de révolte, actions de grâce et chants de pèlerinage, lamentations ou prières de confiance dans une perspective messianique et eschatologique. Certains psaumes sont particulièrement célèbres comme le Miserere (Ps 50), le De Profundis (Ps 130), ou le verset : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Ps 22,1) qui témoigne déjà de la reprise, sous forme de citation, dans le Nouveau Testament.

Le Psautier relève à la fois d’une pratique individuelle et collective. Il rythme depuis des siècles la liturgie et la vie communautaire. Caractérisés par leur diversité, tant dans leur forme que dans l’intention qui a présidé à leur rédaction, les Psaumes sont ces « poèmes qui élèvent au rang de la parole, de l’écriture, enfin du texte, des moments fondamentaux de l’expérience religieuse », comme l’écrit Paul Ricoeur. Juifs puis chrétiens, dans chacune de leur confession, ont chanté hier et récitent encore aujourd’hui ces « louanges » (Tehillîm), que la tradition a attribuées au roi David.

C’est la réception et la réactualisation du recueil des Psaumes dans ses différentes dimensions – liturgique, rhétorique, littéraire et poétique – qui sont examinées dans ce nouveau colloque Graphè. La question de la traduction est abordée à travers l’Het Boeck der Psalmen Davids de Philippe de Marnix (1580) et le Scottish Psalter (1564/1650) – porte ouverte sur les réécritures chez Paul Fleming, mais aussi Baudelaire, Verlaine et Wilde à la fin du XIXe siècle. Les commentaires, des Pères de l’Église à Luther, y tiennent une place importante, en particulier les célèbres Enarrationes in Psalmos d’Augustin. Au XVIIe siècle, après Clément Marot, la paraphrase des psaumes devient un genre littéraire à part entière que La Fontaine pratiquera à la fin de sa vie. L’étymologie grecque de ces « chants accompagnés de la cithare » souligne le lien avec la musique. On pense à Josquin Desprez, Gregorio Allegri ou César Franck. Toujours au regard du texte biblique, dans une perspective diachronique et une démarche interdisciplinaire, le colloque Graphè 2017 s’intéresse aux relectures littéraires et artistiques que les Psaumes de David ont suscitées au fil des siècles dans la culture occidentale. Les communications s’interrogent sur ce qui constitue la tradition des psaumes autant que sur leur permanence.

L’ensemble des communications paraîtra dans le volume 27 de la collection Graphè diffusée par l’Artois Presses Université, au printemps 2018.

jeudi 23 et vendredi 24 mars 2017
Arras – Université d’Artois,  bâtiment K · amphithéâtre ‘Jacques-Sys’

organisé par Jean-Marc Vercruysse
avec le soutien financier d’ARRAS UNIVERSITÉ.

PROGRAMME (PDF)

Jeudi 23 mars 2017
Matin
Présidence de séance : J.-Marc Vercruysse

9h : Accueil des participants
9h 30 : Ouverture du colloque par Pasquale MAMMONE, président de l’Université d’Artois,
et Introduction par Jean-Marc VERCRUYSSE, directeur de la collection Graphè.
10h : André WÉNIN (Université Catholique de Louvain)
Les Psaumes de David
11h : pause
11h 15 : Marie-Anne VANNIER (Université de Lorraine-Metz, I.U.F.)
L’apport des Enarrationes in Psalmos d’Augustin
Après-midi
Présidence de séance : André Wénin

14h : Mireille DEMAULES (Université d’Artois)
Psaumes, Psautier et culture courtoise
14h 45 : Anne LAFRAN (DYPAC, Université de Versailles-Saint Quentin)
Le « psaume de Judas ». Représentations, exégèses et interprétations du psaume 108 au Moyen Âge
15h 30 : pause
15h 45 : Benjamin BROU (ESPE Lille Nord de France)
Le Pantocrator, une figure plastique de l’omnipotence divine (Ps 139)
16h 30 : Anna Maria VILENO (Université Libre de Bruxelles, FNRS)
L’exploration ésotérique des psaumes dans la spiritualité occidentale

Vendredi 24 mars 2017
Matin
Présidence de séance : Sébastien Clerbois

9h : Monique WEIS (Université Libre de Bruxelles, FNRS)
Traductions et adaptations des Psaumes au service de la cause réformée : Het Boeck der Psalmen Davids de Philippe de Marnix (1580) et le Scottish Psalter (1564/1650)
9h 45 : Marie-Laurentine CAËTANO (GRAC, Université Lumière-Lyon 2)
« Comme nous dit tresbien ce bon Roy pénitent », les Psaumes de David dans les OEuvres chrétiennes de Gabrielle de Coignard
10h 30 : pause
10h 45 : Alexia GASSIN (Université de Strasbourg)
La paraphrase des psaumes de David selon Paul Fleming
11h 30 : Timothée LÉCHOT (Université de Bâle)
Vers une autonomisation littéraire du livre des Psaumes : Les Odes sacrées (1764) de Jean-Laurent Garcin
Après-midi
Présidence de séance : Monique Weis

14h : Marie Kawthar DAOUDA (Université de Bretagne occidentale)
Le De profundis des poètes maudits : réécritures des psaumes et sublimation de l’enfermement chez Baudelaire, Verlaine et Wilde
14h 45 : Sébastien CLERBOIS (Université Libre de Bruxelles)
Parler Dieu à Dieu ? Les psaumes symbolistes chez Paul Gauguin et Camille Claudel
15h 30 : pause
15h 45 : Catherine d’HUMIÈRES (CELIS, Université de Clermont-Ferrand)
Les psaumes dans le Livre d’heures du bois d’automne de Jean-Claude Masson
16h 30 : Conclusion du colloque

Pour tout renseignement, s’adresser à :
Université d’Artois / Maison de la Recherche
colloque GRAPHE ‘Les Psaumes de David’
9 rue du temple B.P. 10665 F – 62030 Arras cedex

Secrétariat : sophie.declerck@univ-artois.fr
http://www.univ-artois.f/graphe
http://apu.univ-artois.fr/Collections/Graphe

~ ENTRÉE LIBRE et SANS INSCRIPTION PRÉALABLE ~

Source


Vous aimerez aussi...