Séminaire collectif d’histoire de l’art de la Renaissance: 6e séance, Paris, INHA, salle Vasari, vendredi 24 mars, 18.00

Le séminaire collectif d’histoire de l’art de la Renaissance est organisé par le Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance (Université de Tours), le Centre d’Histoire et de Théorie des Arts (EHESS), l’Ecole Pratique des hautes Etudes et le Centre d’Histoire de l’Art de la Renaissance(Université Paris 1 Panthéon Sorbonne).

Programme 2016-2017

La sixième séance de l’année se tiendra le vendredi 13 janvier à 18.00 à l’INHA en salle Giorgio Vasari (1er étage). A cette occasion, sera présenté l’ouvrage dee Christiane KLAPISCH-ZUBER (directrice d’études honoraire à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales), Le voleur de paradis. Le bon larron dans l’art et la société, XIVe-XVIe s.

 

À Florence, Christiane Klapisch-Zuber a trouvé l’émouvant souhait d’un supplicié. Il demandait que l’on peigne dans l’église d’Or San Michele « une image du Bon larron, afin que celui-ci prie Dieu de montrer à son égard, lors de son dernier souffle, la même miséricorde qu’Il eut pour un voleur et par laquelle ce voleur devint un bienheureux ». Dès lors, l’historienne a mené une longue et minutieuse enquête sur celui que la tradition nomma Dismas : le brigand crucifié aux côtés de Jésus et à qui Jésus lui-même affirma : « Ce soir tu seras avec moi au Paradis ».
Réunissant une documentation et une iconographie exceptionnelles, Christiane Klapisch-Zuber lie de manière neuve la représentation du Calvaire par les artistes au bouillonnement théologico-politique de la fin du Moyen Age en Italie et en Allemagne. C’est l’époque de la rupture entre le catholicisme romain et la Réforme autour des thèmes de la grâce, du pardon des péchés et de la rédemption. À ce conflit spirituel correspond un profond changement dans le fonctionnement de la justice civile et l’administration des peines – dont la violence spectaculaire va croissant. Ces bouleversements sociaux interagissent avec d’importantes mutations dans l’art de représenter, de mettre en scène et de vivre ce qui fait le cœur du christianisme médiéval et renaissant : la mort, la descente aux Enfers et la résurrection du Christ – le salut dans la chair, par l’incarnation.
Le voleur de Paradis a reçu le prix Pierre-Antoine Bernheim 2016, le Prix  Provins Moyen Âge 2016 et le Prix de la Dame à la Licorne-Amis du musée de Cluny 2016.

Vous aimerez aussi...