Prochaine séance du séminaire de recherche : 13 février avec Ralph Dekoninck

Séminaire de recherche – Philippe Morel

« Voir l’au-delà. Apparition miraculeuse, vision céleste et contemplation intérieure dans l’art italien de la renaissance »

Mercredi 13 février, 18h

INHA, salle Jullian

master 1-2 et doctorat, ouvert au public

 

Ralph Dekoninck

Visio intellectualis uel sensualis

La Vision napolitaine/parisienne de saint Thomas d’Aquin entre Florence (Santi di Tito) et Anvers (Otto van Veen)

En 1593, Santi di Tito peint un tableau d’autel pour l’église de San Marco à Florence, tableau condensant deux visions qu’eut Thomas d’Aquin devant un crucifix, l’une à Naples et l’autre à Paris. La version qu’il propose de ce double événement miraculeux (décrit par les premiers biographes du saint comme une vision à la fois « intellectuelle et sensible »), où le Christ parle à Thomas pour le remercier d’avoir aussi bien écrit sur le mystère eucharistique, diffère de l’iconographie qui s’était imposée depuis le XVe siècle. Elle figure en effet le visionnaire non plus seulement devant un crucifix mais devant une scène de crucifixion littéralement sortie de la peinture pour former ce que l’on pourrait nommer un tableau vivant. En la rapprochant d’une gravure réalisée quelques années plus tard par le peintre flamand Otto van Veen et qui offre un traitement visuel similaire, il s’agira d’interroger cette peinture au regard non seulement des récits hagiographiques relatant cette double vision et de ses autres versions peintes, mais plus encore de la théorie même de la vision et de l’image chez Thomas d’Aquin comme de sa réception problématique dans l’Eglise post-tridentine.

 



RALPH Dekoninck est docteur en philosophie et lettres (histoire de l’art) et Professeur à l’Université catholique de Louvain. Spécialiste de l’histoire des pratiques et des théories de l’image, particulièrement dans le christianisme, ses travaux portent sur les rapports texte-image dans la littérature jésuite illustrée et sur les figures de l’idolâtrie dans l’imaginaire moderne. Il est co-directeur du Centre d’analyse culturelle de la première modernité (GEMCA) et membre du Groupe de Recherche sur l’Image et le Texte (GRIT) de l’Université catholique de Louvain.  
 Domaines de recherche
  • Théorie et pratique de l’image dans la Compagnie de Jésus
  • Iconologie des figures de l’idolâtrie XVe-XVIIIe siècles
  • Histoire de la gravure anversoise XVIe-XVIIe siècles
  • Rapports arts et littératures (emblématiques, illustration du livre…)
  • Histoire comparée entre théorie de l’art et théologie de l’image durant la première modernité

Publications les plus représentatives

Ad Imaginem. Statuts, fonctions et usages de l’image dans la littérature spirituelle jésuite du XVIIe siècle, Genève, Droz, 2005 (Travaux du Grand Siècle, XXVI).

Emblemata sacra. Rhétorique et herméneutique du discours sacré en images. The Rhetoric and Hermeneutics of Illustrated Sacred Discourse, éds R. Dekoninck et A. Guiderdoni-Bruslé, Brepols, Turnhout, 2007.

L’idole dans l’imaginaire occidental, éds R. Dekoninck et M. Watthee-Delmotte, Paris, L’Harmattan, 2005.

Fou comme une image. Puissance et impuissance de nos idoles, Bruxelles, Labor (coll. «Quartier Libre»), 2006.

Aux limites de l’imitation. L’ut pictura poesis à l’épreuve de la matière, éds R. Dekoninck, A. Guiderdoni et N. Kremer, Amsterdam, Rodopi, 2009 (« Faux Titres », 342).

Beauté du rite. Liturgie et esthétique dans le christianisme (XVIe-XXIe siècle), numéro spécial de la Revue de l’Histoire des Religions (CNRS, Collège de France) dirigé par R. Dekoninck et Fr. Trémolières, 227 (2010) (revue classée A par l’ESF).

 

 

Bibliographie Ralph Dekoninck

1. Ad Imaginem. Statuts, fonctions et usages de l’image dans la littérature spirituelle jésuite du XVIIe siècle, Genève, Droz, 2005 (Travaux du Grand Siècle, XXVI).

Donner vie et parole aux images, tel semble bien être l’enjeu majeur de la « rhétorique des peintures » qui trouve à s’exprimer dans la littérature spirituelle jésuite du XVIIe siècle. Le corps de l’image a besoin d’une âme, comme ne cessent de le répéter les préfaces des livres illustrés depuis le XVIe siècle, désignant par là la nécessité d’un composé scripto-visuel au cœur de toute économie symbolique. Cette étude s’attache, dans un premier temps, à replacer une telle économie au centre de ce qu’il convient d’appeler une culture visuelle jésuite, largement tributaire de l’anthropologie chrétienne médiévale et de ses remaniements modernes. Le principe de la ressemblance en acte et de l’imitation existentielle qui sous-tend la « théologie du visible » et la « philosophie de l’image » des membres de la Société de Jésus a pu donner lieu à une riche iconologie, fondée sur l’incarnation du Verbe, c’est-à-dire sur le principe d’un Logos fait image, induisant à son tour l’idéal du « tableau vivant » ou de la « peinture parlante ». Sur la base d’une analyse des ouvrages de spiritualité illustrés à Anvers entre 1585 et 1640, la seconde partie envisage la manière dont les créations visuelles jésuites rejouent d’une certaine manière cette dynamique christologique de l’avènement de la vérité à la visibilité et cette dialectique anthropologique de la recherche de la ressemblance dans la dissemblance, double mouvement qui suppose que le sens n’est jamais donné d’emblée mais toujours à conquérir.

2. L’idole dans l’imaginaire occidental, éds R. Dekoninck et M. Watthee-Delmotte, Paris, L’Harmattan, 2005.

Le concept d’idole, notion idéologiquement piégée, n’en a pas fini de hanter l’imaginaire occidental confronté tant aux images des « autres » (« païens », « primitifs », etc.) qu’ à ses propres images qui font l’objet d’une sacralisation et d’une totémisation liberticide : Dieu, l’Art, l’Argent, la Patrie, l’État… Quelle qu’elle soit, l’idole montre un visage du sacré révélateur au premier chef de l’axiologie de l’idolâtre, souvent elle-même construite par le pouvoir religieux, politique ou économique. Plus qu’aux images elles-mêmes, ce volume s’intéresse aux discours qui parlent à travers elles, et aux dispositifs mis en place pour les jeter en pâture aux regards ou pour les dénoncer ; il s’interroge donc sur les représentations que l’on se fait de la représentation, de sa puissance ou de son impuissance. L’idolâtrie comme sa critique est bien une question de point de vue, et relève à ce titre du domaine de la croyance et de l’imaginaire ; cet ouvrage propose d’envisager l’histoire de ces représentations et d’observer leur survivance comme leurs métamorphoses et leurs déplacements depuis les racines judéo-chrétienne et gréco-romaine jusqu’au monde contemporain, cela en traversant les champs théologique, philosophique, scientifique, littéraire, artistique et politique.

3. Emblemata Sacra.Emblem Books from the Maurits Sabbe Libraryofthe Catholic University of Leuven, catalogue de l’exposition de la Francis A. Drexel Library (Philadelphia, 20 mars-21 mai 2006), éds R. Dekoninck et A. Guiderdoni-Bruslé, Philadelphia, Saint Joseph’s University Press, 2006.

Emblemata Sacra: Emblem Books from the Maurits Sabbe Library, Katholieke Universiteit Leuven is the catalogue of an exhibition mounted at the Francis A. Drexel Library at Saint Joseph’s University in spring 2006. This exhibit took place in conjunction with the celebration of the Society of Jesus’s commemoration in 2006 of three major anniversaries: the 450th anniversary of the death of its founder, St. Ignatius Loyola (1491-1556), as well as the 500th anniversary of the birth of Ignatius’s first two companions, St. Francis Xavier (1506-52) and Bl. Peter Faber (1506-46). The “Emblemata Sacra” exhibit featured nearly seventy emblem books from the world’s premier theological library’s rich collection of preciosa and Jesuitica. The exhibit was divided into thirteen thematic sections, each of which in the catalogue is explained by text prepared by a specialist in emblem studies and illustrated by full color, high density images of each of the emblem books exhibited. The volume also includes a bibliography.4. Fou comme une image. Puissance et impuissance de nos idoles, Bruxelles, Labor (coll. « Quartier Libre »), 2006.

Plus qu’aux images elles-mêmes, cette étude s’intéresse aux discours qui les font parler ou parlent à travers elles, ainsi qu’aux dispositifs (liturgiques, muséaux, médiatiques…) mis en place pour les jeter en pâture aux regards. Montrer le doigt de celui qui montre, que ce soit pour aveugler ou pour dessiller, revient à s’interroger sur les représentations que l’on se fait de la représentation, de sa puissance comme de son impuissance. Cela devrait permettre de questionner la prétendue nocivité des images, ces dernières n’étant finalement que ce qu’on décide d’en faire. Si l’idolâtrie comme sa critique est bien une question de point de vue, et relève à ce titre du domaine de la croyance et de l’imaginaire, cet essai, loin de vouloir réhabiliter une notion idéologiquement piégée, cherche donc à éclairer l’histoire de ces représentations, leur survivance comme leurs métamorphoses et leurs déplacements, depuis les racines judéo- chrétiennes et gréco-romaines jusqu’à notre monde contemporain, et cela en traversant successivement les champs religieux, artistique, scientifique et médiatique. En mettant ainsi l’accent sur les continuités, ne parvient-on pas à montrer que le temps de l’image se conjugue toujours au présent ?

5. Emblemata sacra. Rhétorique et herméneutique du discours sacré en images. The Rhetoric and Hermeneutics of Illustrated Sacred Discourse, éds R. Dekoninck et A. Guiderdoni-Bruslé, Brepols, Turnhout, 2007.

Ce volume rassemble 38 contributions qui engagent une réflexion, à partir de corpus très différents par leur nature, par leur géographie et par leur chronologie, sur les liens entre discours sacré chrétien et images. Les deux termes de ce rapport – discours sacré et images – doivent être compris chacun dans leur extension la plus large et dans un rapport processuel constant, fournissant ainsi une configuration de relations et d’échanges complexes. À la croisée chrétienne du Verbe et de l’Image, le discours sacré joue des fondements théologiques et des conditions énonciatrices de la Révélation. La littérature religieuse en images construit ainsi une rhétorique figurative propre à l’expression d’une démarche initiale- ment herméneutique : quête interprétative de Dieu dans les images symboliques de sa Création et de ses Écritures, qui devient écriture symbolique de la quête, l’expérience spirituelle devenant l’enjeu d’une représentation. Se trouvent ainsi rassemblées, en un seul volume, des études sur des corpus très divers dont le point commun est de mettre en forme, chaque fois de manière différente, le discours sacré, à partir d’images et/ou produisant des images.

6. Controverses et polémiques religieuses. Antiquité-Temps Modernes, éds R. Dekoninck, J. Desmulliez et M. Wat- thee-Delmotte, Paris, L’Harmattan, 2007.

Le discours polémique comme forme agressive de la communication combattant, à des fins offensives ou défensives, d’autres discours qui relèvent soit de systèmes de croyances différents, soit du même système, constitue l’un des modes de ce que l’on peut appeler le dialogisme religieux. Dans ses manifestations les plus radicales, il repose sur des désaccords de fond rendant toute coexistence difficile, voire conflictuelle. Il ressort des contributions à ce volume une image bien plus riche, aux gradations multiples et aux tonalités diversifiées, de ces discours polémiques enracinés dans des contextes particuliers durant l’Antiquité et les Temps Modernes. C’est en prenant compte de cette inscription locale et temporelle que les raisons profondes de ces controverses peuvent être révélées. Derrière les querelles exégétiques, dogmatiques, morales, etc., se cachent bien souvent des enjeux de pouvoir, les mobiles les moins avouables se parant des traits d’une argumentation dans laquelle la rhétorique joue un rôle central. Une étude attentive à la complexité d’un tel réseau polémique aux couches signifiantes multiples permet de découvrir, sous les prises de position en apparence les plus tranchées et sous les attaques les plus violentes, l’espace des échanges, des emprunts, des assimilations, preuve qu’au cœur même de la lutte, le dialogisme opère toujours.

7. Aux limites de l’imitation. L’ut pictura poesis à l’épreuve de la matière, éds R. Dekoninck, A. Guiderdoni et N. Kremer, Amsterdam, Rodopi, 2009 (« Faux Titres », 342).

Ce livre pose une question audacieuse que les innombrables études existantes sur l’ut pictura poesis à l’âge classique ont eu tendance à laisser dans l’ombre : celle de la matière comme limite de l’imitation, suivant l’hypothèse selon laquelle le surgissement du matériel est à l’origine du délitement de l’ut pictura poesis. L’ensemble des études réunies ici abordent cette question pour l’ensemble de l’âge classique (allant du XVIe à la fin du XVIIIe siècle) ainsi que pour les principales formes que l’on peut distinguer (littérature, peinture, sculpture, musique, danse).

8. Beauté du rite. Liturgie et esthétique dans le christianisme (XVIe-XXIe siècle), numéro spécial de la Revue de l’Histoire des Religions (CNRS, Collège de France) dirigé par R. Dekoninck et Fr. Trémolières, 227 (2010) (revue classée A par l’ESF).

9. Traits d’union. Portraits du fond Suzanne Lenoir, catalogue de l’exposition du Musée de Louvain-la-Neuve (20 octobre 2005-5 mars 2006), éd. R. Dekoninck, C. Heering et R. Pirenne, Louvain-la-Neuve, 2005.

10. Le corps en représentation, numéro thématique de la Revue Louvain dirigé par R. Dekoninck, 171, décembre 2007-janvier 2008.

11. Foy-Notre-Dame. Art, politique et religion, numéro spécial des Annales de la Société archéologique de Namur, 83 (2009), éds R. Dekoninck, A. Delfosse et Chr. Pacco.

12. L’art en valeurs, éds R. Dekoninck et D. Loris, Paris, L’Harmattan (coll. « Esthétiques), 2011.

Si l’on ne peut nier que la question de la valeur de l’art accompagne toute l’histoire occidentale de la ré- flexion théorique sur les productions artistiques, puisqu’elle apparaît avec les premières pensées philosophiques de l’art chez Platon et chez Aristote, on ne peut nier non plus que cette question se pose aujourd’hui dans une configuration inédite qui invite à associer aux réflexions des philosophes celles non seulement des historiens d’art, mais aussi des sociologues ou des économistes, et qui nécessite une interrogation méthodologique et épistémologique aussi bien qu’une considération approfondie sur les en- jeux idéologiques, culturels, humanistes, éthiques et politiques des « systèmes de valeurs » qui sont aujourd’hui à l’œuvre, d’une part, chez les professionnels du/des monde(s) de l’art et, d’autre part, auprès du « grand public ». Sans prétendre faire un « état de la question », ce recueil réunit des approches diversifiées dont la confrontation et la mise en dialogue voudraient avoir le mérite de manifester la complexité extrême ainsi qu’un certain nombre d’enjeux capitaux de la question.

13. Ut pictura meditatio. The Meditative Image in Nothern Art, 1500-1700, éds R. Dekoninck, A. Guiderdoni- Bruslé et W. Melion, Turnhout, Brepols (“Proteus”, 4), 2011.

Ut pictura meditatio: The Meditative Image in Northern Art, 1500-1700 examines the form, function, and meaning of pictorial images produced and/or circulated in the Low Countries, Germany, and northern France as templates for the meditative life and its spiritual exercises. Our epigraph – ut pictura meditatio (as is a picture, so is meditation) – connotes the ways in which pictures facilitated meditative prayer and, conversely, the extent to which such prayer was experienced visually. Our essayists are prominent scholars in the fields of art history, history, literary studies, philosophy, and religious studies, all of whom study the ways in which visual images served to structure the interior religious life of laity and clergy in the early modern period. The volume asks how and why images were used not only to initiate, sustain, and structure kinds and degrees of meditative and contemplative devotion, but also to figure the soul’s cognitive operations, its negotiation between states of being, between interior and exterior sense, between corporeal and spiritual sight. Implicit in this questioning are further explorations of the nature and scope of the interplay among mental, visual, and verbal images, and the subject positions such images allowed the votary to represent and inhabit. These questions touch upon issues of identity, subjectivity, and figuration that should be of interest to historians of art, literature, religion, and society.

 


Vous aimerez aussi...