Appel à contribution : « L’œuvre en mouvement, de l’Antiquité au XVIIe siècle », Amiens, UPJV, date limite le 1er décembre 2017

Date du colloque : jeudi 7 et vendredi 8 juin 2018

Peut-on penser de manière positive l’œuvre en mouvement avant la promotion de la sensibilité au XVIIIe siècle et l’époque contemporaine ? Là où pour le Socrate d’Eupalinos, l’œuvre est avant tout mouvement — mobile donc vivante, mouvante donc émouvante —, au Moyen Age, le mouvement ne saurait être qu’agitation, de l’ordre du démoniaque ou de la folie ; plutôt que geste, il est gesticulation, codifiée voire jugulée par la règle monastique. Cependant, le mouvement, entre acte et puissance, affecte toutes les catégories de l’être aristotélicien ; et l’on ne saurait ignorer l’expression cinétique et gestuelle des émotions dans l’art, de Cluny aux exagérations expressives de l’art rhénan, jusqu’aux codifications de la rhétorique des passions durant la Contre-Réforme.

Image de la vie ou dissolution de l’être, à moins qu’il n’en soit l’un des aspects fondamentaux : le colloque interrogera les manières de penser et de représenter le mouvement, afin de saisir le rôle de cette notion pour la définition et la portée de l’œuvre d’art. Une attention particulière sera portée aux œuvres d’art religieuses : le mouvement favorise-t-il ou empêche-t-il la méditation, et quel est son rôle dans la détermination des images saintes et des pratiques de dévotion ?

Le mouvement sera examiné du point de vue de la création et de la perception de l’œuvre d’art, entre Antiquité, Moyen Âge et première modernité.

L’apport des disciplines variées — histoire, histoire de l’art, littérature, arts du spectacle, philosophie, archéologie — sera le bienvenu.

 

Pistes d’étude :

Approches théoriques du mouvement (pensées philosophiques et théologiques ; textes prescriptifs — règles, traités, d’esthétique, de rhétorique) ;

Mouvement et cinétique : formes, perception et valeurs du geste, des déplacements, et du rythme, dans les arts visuels et les arts de la performance (danse, théâtre, installations) ;

Mouvement et mobilité, ponctuelle ou régulière, des œuvres d’art (déplacement, commémoratif ou rituel ; processions, entrées royales, ostensions ; etc.) ;

Modalités d’apparition de l’œuvre en fonction de parties mobiles (polyptyques ; Vierges ouvrantes ; éléments amovibles ; etc.) ;

Techniques de représentations du mouvement ;

Incidences du mouvement sur les formes de l’œuvre d’art, voire sur son identité (variation, amplification, métamorphose)

 

Les propositions de contribution sont à adresser à l’un des membres organisateurs (voir adresses mails infraavant le 1er décembre 2017 par voie électronique sous la forme suivante :

·  Un titre explicite

· Un descriptif de 2000 signes maximum, comportant la précision de l’axe choisi et les références bibliographiques convoquées

·   Le rattachement institutionnel et scientifique du (des) auteur(s)

 

Comité d’organisation :

EA 4284 TrAme, UPJV, axe « Cultures Matérielles » :

Morgan Dickson (Littérature anglaise du Moyen Âge)

Véronique Dominguez (Langue et littérature françaises du Moyen Âge)

Marie-Laurence Haack (Histoire ancienne)

Dominique Poulain (Histoire de l’art  médiéval)

Philippe Sénéchal (Histoire de l’art moderne)

 

Source


Vous aimerez aussi...