Colloque : « Art et Science, regards croisés », Liège, Université, Salle académique et salle des professeurs, 25, 26 et 27 octobre 2017

La question des relations entre art et science gagne aujourd’hui l’intérêt de nombreux chercheurs qui, à l’appui de cas exemplaires, démontrent avec toujours plus de pertinence le rôle joué par les avancées scientifiques et technologiques dans le domaine des arts, depuis la Renaissance jusqu’à nos jours. L’objectif du colloque “Art et science, regards croisés” est de comprendre les raisons d’une telle fascination des artistes pour la science, mais pas seulement. En croisant les regards – ceux des artistes, des scientifiques, des historiens d’art – l’approche se veut interdisciplinaire et ouverte à des discussions qui dépassent la frontière de l’art pour mesurer les interactions mutuelles entre deux disciplines qui, dans le domaine de la recherche universitaire, continuent d’être séparées, voire opposées. Ce colloque a donc pour ambition de dépasser les spécialités et les frontières et de dresser, à travers de multiples regards et selon une approche aussi vaste que possible, un bilan à la fois historique et critique du rapport art-science et science-art.

Quatre axes traversent ce colloque. La premier, plus général, traite des interactions mutuelles entre l’art et la science. Il sera donc autant question de l’apport de la science à la création artistique que l’inverse, et ce à travers des exposés qui tantôt se fondent sur des recherches précises dans le domaine, tantôt sur l’expérience concrète (ex. : les interventions d’artistes dans les musées de sciences et de techniques). Le deuxième axe traite quant à lui des possibilités qu’offre l’art dans les traitements thérapeutiques. C’est donc la question de l’art-thérapie qui sera évoquée, notamment à travers des cas précis (ex. Hôpital Saint-Anne à Paris, Musée du Louvre). Les troisième et quatrième axes se recoupent, portant sur la science comme source d’inspiration et de réflexion, une problématique qui peut être abordée de plusieurs manières. Il sera question de l’intérêt ou de la fascination que des artistes éprouvent pour des concepts, des méthodes ou des principes issus des sciences exactes, de l’inquiétude qu’ils peuvent ressentir à l’égard des progrès scientifiques ou technologiques ou encore du désir de mener, dans le domaine artistique, des expériences proches de ce que font les physiciens ou les astrophysiciens. Il existe aussi une influence souvent méconnue : celle des artistes qui, en intégrant les avancées scientifiques dans leur travaux, ont pu à leur tour inspirer les recherches des savants. La figure de l’artiste savant, qui émerge à la Renaissance avec les ” peintres anatomistes ” (ex. : Léonard de Vinci) et qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui avec les ” artistes-ingénieurs “, se trouve aussi au cœur des interrogations de notre colloque, une figure que l’on peut confronter à celle, moins connue, du scientifique-artiste, comme les dessinateurs anatomistes, les cartographes, etc. Cette figure du scientifique-artiste offrira de multiples pistes de réflexion, tant sur la curiosité sans cesse renouvelée des scientifiques ” purs ” pour la création artistique que sur la façon dont les deux activités – scientifique et artistique – parviennent à se conjuguer. De plus, comme quantité de mouvements artistiques se définissent en fonction d’une pensée ou d’un principe scientifique, nous aborderons également l’art cybernétique, l’art sonore, … Ces mouvements sont non seulement difficiles à définir, mais ils posent également de nombreuses questions quant à l’usage exact des sciences.

 

PROGRAMME du colloque

Source


Vous aimerez aussi...