Prochaine séance du séminaire de recherche : 27 février avec Sylvie Barnay

 

 

Séminaire de recherche – Philippe Morel

« Voir l’au-delà. Apparition miraculeuse, vision céleste et contemplation intérieure dans l’art italien de la renaissance »

Mercredi 27 février, 18h

INHA, salle Jullian

master 1-2 et doctorat, ouvert au public

 

 

Sylvie Barnay, Université de Lorraine

« Mantegna et Sarkis : de la vision augustinienne à la vision au XXIe siècle »

 

 

 

MANTEGNA ET SARKIS

DEUX RHETORIQUES DE LA VISION

A la veille de son installation comme peintre de cour à Mantoue, Mantegna réalise une œuvre paradigmatique qu’il termine en 1459 : le triptyque de San Zeno de Vérone. La réalisation du retable témoigne d’une maîtrise achevée de l’art de la mémoire à la fin du Moyen Age, dans sa bascule vers le premier âge moderne. Dans son articulation d’un lieu, d’une image et d’un corps, l’œuvre est également proposée comme une vision dont le visionnaire n’est autre que le spectateur. L’humanisme néoplatonicien donne alors de nouveaux contours à la définition de la vision chrétienne quelques décennies avant de triompher à la cour pontificale. Tendue entre les deux pôles de la nature et du surnaturel, la vision contemplative continue de faire l’objet de multiples débats doctrinaux, malgré ses formalisations abouties dans les disputes scolastiques. En présentant une nature imprégnée de tension surhumaine, en faisant correspondre la lumière naturelle à la lumière peinte, la prédelle de San Zeno semble alors offrir comme un condensé pictural aux évolutions en cours. Elle participe ainsi à sa manière aux redéfinitions du monde visionnaire au Quattrocento liées notamment à l’émergence d’une nouvelle métaphysique de la lumière. Dans son décalage chronologique et son hommage respectueux, le triptyque de films réalisés entre 1997 et 2002 par l’artiste arménien Sarkis à partir de la prédelle de Mantegna témoigne en retour des conceptions de la vision au début du XXIe siècle. Elle manifeste la volonté des artistes contemporains comme de ceux du Moyen Age, de relever un défi rhétorique plus ardu que celui des ekphrasis littéraires : la peinture du son, la parole qui voit.

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...