Compte-rendu : Hervé Brunon, Denis Ribouillault, « De la peinture au jardin. Giardini e paesaggio », Leo S. Olschki, Firenze, 2016

Présentation de l’éditeur

Cet ouvrage richement illustré réunit une série d’études portant sur les modalités complexes des transferts de la peinture au jardin, de la Renaissance à nos jours. La présence récurrente d’images peintes qui participent à la sémantique de l’espace reflète les affinités entre les deux arts, qui semblent culminer au XVIIIe siècle avec l’idée selon laquelle il faudrait puiser directement dans des tableaux de paysage certains principes de l’art de former des jardins – même si ce dernier reste aux eux de ses théoriciens « aussi supérieur à l’art de peindre en paysages, que la réalité est au-dessus de la représentation ». En quoi, plus généralement, la peinture peut-elle être un modèle pour le jardin ? Le jardinier partage d’abord avec le peintre un certain nombre de compétences techniques ; à ces liens pragmatiques se greffent des relations esthétiques, favorisées par des médiations avec la scénographie, la poésie ou encore la photographie, informées aussi par des paradigmes communs, telle la perspective. Les différentes contributions ouvrent ainsi une réflexion sur les notions de représentation, de transferts et d’intermédialité, et aident à mieux comprendre le rôle de la peinture dans la conception même du paysage. Source

Table des matières

  • Hervé Brunon – Denis Ribouillault, Ut pictura hortus, p. 1
  • Yolaine Escande, Le jardin sous influence : quand la peinture modèle le jardin chinois, p. 27
  • Denis Ribouillault, « De la peinture au jardin (en passant par la poésie) : la vallée Giulia à Rome, de Michel-Ange à Poussin », p. 43
  • Margherita Azzi Visentini, « ‘Una fontana con infiniti ornamenti di stucco e di pittura’. Il rapporto tra pittura e giardino : il caso delle ville venete », p. 97
  • Georges Farhat, « L’optique de pourtraiture au jardin en France (ca. 1550 – 1650) : transferts et invention entre perspective et jardin », p. 117
  • Laurent Châtel, « ‘The Science of Landscape’. Le paragone du jardin et de la peinture en Angleterre au XVIIIsiècle », p. 151
  • Malcolm Andrews, « The Picturesque, Visual Irritation and the Unimproved Garden », p. 173
  • Michael Jakob, « Ermenonville, ou l’absorption d’un jardin par un banc », p. 187
  • Luigi Gallo, « Fra pittura di paesaggio e arte dei giardini. Il parco della Garenne Lemot a Clisson (1805-1830) », p. 227
  • Marina Ferretti Bocquillon, « Le jardin de Monet à Giverny ou l’invention d’un paysage », p. 247
  • Mónica Luengo, « Pintura y naturaleza en la España de la preguerra. Una introducción a la obra de Javier de Winthuysen », p. 263
  • José Tito Rojo, « La pintura y el origen del jardín moderno en España (1890-1936) », p. 287
  • Stephen Bann, « Painting as Reference and Photography as Mediation: Ian Hamilton Finlay’s ‘Little Sparta’ », p. 311
  • Marc Treib, « Landscape into Art into Landscape », p. 323
  • Burattoni & Abrioux, « In Hortis Roberti. Le Beaucet (Vaucluse) », p. 357

 

Compte rendu par Ilse Hilbold, Université de Berne.


Vous aimerez aussi...