Séminaire collectif d’histoire de l’art de la Renaissance : Chiara Franceschini, Francesca Alberti et Emanuele Coccia, « La normativité des images sacrées à l’époque moderne », Paris, INHA, salle Vasari, jeudi 12 avril, 18.00

Le Séminaire Collectif d’Histoire de l’Art de la Renaissance est organisé par le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (Université de Tours), le Centre d’Histoire de l’Art de la Renaissance (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), le Centre André Chastel (Université Paris Sorbonne), l’École Pratique des Hautes Études, l’École des hautes études en sciences sociales, l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion (Université Charles de Gaulle – Lille II) et le Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (Université Lumière Lyon 2).

 

Programme 2017-2018

 

La sixième séance du séminaire collectif d’Histoire de l’art de la Renaissance se tiendra le jeudi 12 avril de 18h à 20h à l’INHA en salle Giorgio Vasari (1er étage). Elle portera sur « La normativité des images sacrées à l’époque moderne », et sera l’occasion d’une rencontre avec Chiara Franceschini (professeur à l’Institut für Kunstgeschichte, Ludwig-Maximilians-Universität), avec la participation de Francesca Alberti (maître de conférences à l’Université François-Rabelais de Tours, CESR) et Emanuele Coccia (maître de conférences à l’Ecole des hautes études en sciences sociales).


 

Dans ce séminaire, Chiara Franceschini présentera les prémisses et les premiers résultats du projet ERC Sacrima sur « La normativité des images sacrées dans l’Europe moderne » qu’elle mène à Munich. Partant d’une nouvelle analyse comparative des documents iconographiques dans les archives ecclésiastiques, Sacrima étudie les relations entre l’art, la religion et la géographie dans l’Europe catholique (www.sacrima.eu).
Par « normativité des images » Chiara Franceschini entend une double notion, d’une part une série de normes institutionnelles concernant les images ; de l’autre, une série de « normes visuelles », modalités visuelles créées et imposées au public par les images elles-mêmes. Les « normes visuelles » sur lesquelles le projet se concentre comprennent les formes, les styles, les modèles, les iconographies, les structures, l’organisation et l’emplacement, les pratiques de reproduction, de restaurations et de « recadrage » des images.
Dans quelle relation sont ces deux types de « normes » : c’est-à-dire les normes sur les images (« les normes institutionnelles ») et les normes des images (« les règles de l’art ») ? Dans ce séminaire, l’intervenante mettra à l’épreuve cette notion de « double normativité » en interrogeant une série d’exemples issus de ses précédents travaux aussi bien que d’une nouvelle campagne de recherche dans les archives romaines.

 

La séance sera retransmise en direct au CESR de Tours, inscription ici.


Vous aimerez aussi...