Journée d’étude : « Les métaphores du livre à la Renaissance », Université de Lille, Maison de la Recherche, le 1er juin 2018

Au cours des dernières décennies, l’histoire du livre et la sociologie de la lecture ont retenu l’attention de nombreux spécialistes. Ils ont étudié par le menu le passage du rouleau au codex, puis de celui-ci à l’imprimé, ainsi que les processus de fabrication, l’espace visuel du livre et son illustration, les politiques éditoriales, les stratégies de diffusion, le développement des bibliothèques, la circulation des textes, l’évolution des habitudes de lecture…

Le propos n’est pas de revenir sur ces acquis, ni de prétendre les enrichir, mais de mettre en lumière un paradoxe : à la Renaissance, la révolution de l’imprimerie et les rêves humanistes font du livre un objet tout à la fois quotidien et extraordinaire, suscitant un imaginaire sans précédent.

À mesure qu’il se désacralise et se répand hors même des milieux religieux et universitaires, il acquiert une aura nouvelle et devient dans la vie courante un objet à part, doté d’un statut singulier. En témoignent les « métaphores du livre », nombreuses et variées, par lesquelles les auteurs eux-mêmes désignent les livres ou leurs contenus. Ce faisant, quelles fins poursuivent-ils ? En quoi le medium si particulier qu’est le livre peut-il contribuer à créer des genres littéraires, à renforcer ou motiver les contenus textuels ? Quelle continuité s’établit entre l’objet matériel et le contenu immatériel?

Laissant de côté certains usages symboliques qui ont pu être faits du livre (lorsqu’il représente la Vérité, la Sagesse ou la Science), on s’intéressera principalement aux métaphores, telles que les Renaissants les ont déployées dans les textes, qu’elles soient reprises des traditions antiques et médiévales ou radicalement nouvelles.

Cette seconde journée d’étude qui se tiendra à l’Université de Lille le 1er juin 2018, en collaboration avec Marie-Claire Thomine, fait suite à la journée tenue au Collège de France le 4 avril 2018, avec le soutien des professeurs Antoine Compagnon et Carlo Ossola, co-organisée par Irène Salas (Oxford University) et Yves Hersant (École des Hautes Études en Sciences Sociales) ; une session conclusive se tiendra à l’Université de Bâle, les 28 et 29 septembre 2018, en collaboration avec Dominique Brancher.

PROGRAMME :

9h30 : Propos liminaires de Marie-Claire THOMINE (Université de Lille) et d’Irène SALAS (Oxford University)

9h45Anne RÉACH-NGÔ & Marine PARRA (Université de Haute-Alsace) – Trésor et Jardin de la Renaissance : une même stratégie éditoriale d’intitulation ?

10h30Neil KENNY (All Souls College, Oxford) – Le livre-enfant, ou les enjeux sociaux et familiaux d’un topos

11h15 : Pause café

11h30Elsa KAMMERER (Université de Lille) –  Vas futile’ : des silènes de Rabelais aux improbables récipients de Fischart (Prologue de la Geschichtklitterung, 1575-1590)‘

12h15Paule DESMOULIÈRE (Sorbonne Université) – Le Tumulus pour Scévole de Sainte-Marthe : du livre au tombeau

13h : Discussion et déjeuner (salle F 043)

14h30Roland BÉHAR (École Normale Supérieure) – Le livre, métaphore du livre : le paradoxe de l’écriture de Cervantès

15h15William McKENZIE (Durham University) – Quelques métaphores du livre chez Shakespeare 

16h : Pause café

16h15Frank LESTRINGANT (Sorbonne Université) – Le livre comme théâtre au déclin de la Renaissance

17hCécile MARTINI & Laetitia BOSSART (Bibliothèque universitaire de Lille) – Le Crayon de l’Éternité et autres métaphores du fonds patrimonial du Service commun de documentation de l’Université de Lille

17h45 : Discussion générale

18h : Fin des travaux


Informations pratiques :

1er juin 2018 – 9H30-18H
Maison de la Recherche F 013
Université de Lille, Campus Pont-de-Bois
Villeneuve d’Ascq

Source


Vous aimerez aussi...