« Non à la marchandisation de la Villa Médicis », Le Monde, 21 mars 2018

Une tribune au Monde signée par un collectif de 190 anciens pensionnaires de la Villa Médicis

L’Académie de France à Rome présente de plus en plus d’événements culturels. Or, estime dans une tribune au « Monde », un collectif d’anciens pensionnaires, cette programmation livre l’institution à une politique de rentabilisation commerciale.

Tribune. Peut-on encore véritablement créer, étudier et mener une réflexion à la Villa Médicis alors que la présence des pensionnaires y est toujours plus marginalisée ? L’Académie de France à Rome est peu à peu privée des moyens d’accomplir sa mission principale : offrir les meilleures conditions possibles à la création artistique et à la recherche en histoire de l’art dans l’une des villes les plus emblématiques de la culture et de la conscience européennes. Les signes de cette dégradation se sont multipliés ces dernières années.

Louis XIV et Colbert ont voulu stimuler et perfectionner la création artistique française avec une institution d’exception que Bonaparte a ensuite installée à la Villa Médicis. La réforme Malraux de 1971 en a ouvert les portes aux disciplines artistiques plus récentes, ainsi qu’aux écrivains et aux historiens des arts, afin d’adjoindre un volet littéraire et scientifique à la création, et de favoriser un dialogue étroit et constructif entre leurs acteurs. Cette mission initiale d’accueil, dite « mission Colbert », a aidé de nombreux pensionnaires à devenir d’éminents professionnels et des personnalités internationalement reconnues.

De plus en plus ordinaire et tapageuse

La réforme de 1971 lui a adjoint une mission de programmation culturelle (appelée aujourd’hui « mission Mal­raux »), initialement pensée comme un corollaire et un prolongement de la création et de la recherche. Pourtant, cette mission est devenue prédominante et de plus en plus ordinaire et tapageuse, et s’est muée en une succession incohérente d’événements, guidée par des impératifs d’animation et de communication, sans rapport avec l’exigence et la rigueur portées par les pensionnaires.

S’y est ajoutée une volonté de rentabilisation commerciale de la Villa Médicis toujours plus intense, qui entre toujours plus en conflit avec la mission fondatrice d’une telle institution. Aucune autre académie étrangère en Italie, aucune autre institution scientifique ou artistique française à l’étranger ne tolère ou subit une telle « marchandisation ».

La dérive de l’institution et sa transformation progressive en entreprise culturelle se traduisent de multiples manières : une désorganisation profonde du système de sélection des pensionnaires avec la disparition récente des rapporteurs spécialistes ; une inflation du personnel mis au service des multiples « événements culturels » ; une programmation culturelle brouillonne ; une détérioration de la situation et des conditions de vie et de travail des pensionnaires ; une atteinte au patrimoine (la bibliothèque, la gypsothèque et les jardins) ; une remise en question de la mission de recherche représentée par l’histoire des arts.

Une image dégradée

La mission Colbert risque fort d’être absorbée par la mission Malraux, alors qu’à certains moments de l’histoire de l’Académie un équilibre bénéfique a pu être trouvé entre ces deux missions, notamment à l’occasion de grandes expositions qui ont su conjuguer l’exigence de la recherche et l’ouverture à un très large public.

Les signataires de cette lettre, anciens pensionnaires représentant toutes les disciplines présentes à la Villa Médicis, souhaitent pour l’Académie de France à Rome d’autres perspectives et une ambition à la hauteur de son histoire et de la position qu’elle doit occuper dans la vie culturelle européenne. Cette institution a longtemps été un modèle et a inspiré la création de nombreuses autres académies dans la capitale italienne.

Elle est, pour le ministère de la culture, un fleuron d’autant plus précieux que s’y conjuguent de manière exceptionnelle création, recherche et patrimoine et que s’y épanouissent des échanges fructueux, qui sont au cœur de cette institution et de son implantation romaine, entre artistes contemporains et historiens de l’art des siècles précédents.

Son image s’est néanmoins profondément dégradée, ce qui suscite incompréhension et consternation, quand d’autres institutions analogues, européennes ou américaines, poursuivent et élargissent leur mission de création et de recherche en Italie, en constituant un réseau d’excellence au sein duquel l’Académie de France à Rome est en train de perdre sa place. Ces établissements étrangers démontrent en outre ce que rappellent bien des artistes : séjourner à Rome ou en Italie a toujours un sens pour un créateur comme pour un chercheur.

Réaffirmation de sa mission prioritaire

Qui plus est, au sein d’une Europe de la culture dont l’affirmation s’avère toujours plus nécessaire pour notre avenir, cette institution peut et doit apporter une contribution à la hauteur de son histoire et de sa situation, de sa vocation et de son prestige.

Alors que la question de la contribution et du rôle de l’Etat dans l’aide à la création et à la recherche est plus que jamais d’actualité, il est très important de veiller à la préservation, au renouvellement et à l’essor de lieux emblématiques capables d’incarner cet engagement pour le futur. Ce n’est que par la réaffirmation de sa mission prioritaire d’aide conjointe à la création et à la recherche, synonyme de rigueur, de qualité et d’excellence, que l’Académie de France à Rome pourra relever de tels défis.

 

Liste des signataires : Jean-Louis Agobet (compositeur, conservatoire de Bordeaux), Géraldine Albers (restauratrice), Francesca Alberti (historienne de l’art, Université de Tours), Claudio Ambrosini (compositeur), Santiago Amigorena (écrivain et cinéaste), Yann Appery (écrivain), Pierre Arrizoli-Clémentel (historien de l’art, ancien directeur du château de Versailles), Philippe Artières (écrivain), Elisabeth Ballet (plasticienne, ENSAD), Jean-Christophe Ballot (photographe et architecte), Joanna Barreto (historienne de l’art, Université de Lyon), Mehdi Belhaj Kacem (écrivain), Thierry Blondeau (compositeur), James Blœdé (plasticien), Diane Bodart (historienne de l’art, Columbia University), Olivier Bonfait (historien de l’art, Université de Bourgogne), Pascal Bonafoux (historien de l’art, Université Paris 8), Xavier Bonnet (restaurateur), Marion Boudon Machuel (historienne de l’art, Université de Tours), Jean-Claude Boyer (historien de l’art, CNRS), Arnaud Brejon de Lavergnée (historien de l’art, ancien directeur du Mobilier National), Georges Brunel (historien de l’art, Ville de Paris), Johan Brunel (designer), Hervé Brunon (historien de l’art, CNRS), Erik Bullot (cinéaste), Michel Canteloup (plasticien), Giovanni Careri (historien de l’art, EHESS), Patrick Ceccarini (architecte), Nicolas Charlet (historien de l’art), Bruno Chenique (historien de l’art), Claire Chevrier (photographe), Guy Cogeval (historien de l’art, ancien Président du Musée d’Orsay), Denis Cohen (compositeur, CNSMDP), Delphine Coindet (plasticienne), Alexandre Cojannot (conservateur), Mariane Cojannot-Leblanc (historienne de l’art, Université Paris-Nanterre), Bernard Comment (écrivain), Frédéric Cousinié (historien de l’art, Université de Rouen), Jean-Pierre Cuzin (historien de l’art, ancien conservateur général du département des peintures du Musée du Louvre), Daniel d’Adamo (compositeur), Marc-André Dalbavie (compositeur, CNSMDP), Eric Dalbis (plasticien, ENSA Paris-Cergy), Christine Dalnoky (architecte paysagiste), Xavier Dayer (compositeur), Benjamin de La Fuente (compositeur), François Delebecque (photographe), Jean-Baptiste Del Amo (écrivain), Alexandre Delay (plasticien), Hélène Delprat (plasticienne, ENSBA Paris), Christophe Deshoulières (écrivain), Anne-Lise Desmas (historienne de l’art, Getty Museum), Sylvie Deswarte-Rosa (historienne de l’art, CNRS), Georges Didi-Huberman (historien de l’art, EHESS), Rurik Dimitrienko (plasticien), Christiane Dotal (historienne de l’art), Jean-Jacques Dournon (plasticien), Bernard Dubois (cinéaste), Corinne Duchatelet (plasticienne), Bruno Ducol (plasticien), Vincent Dupont-Rougier (designer), Frédéric Durieux (compositeur, CNSMDP), Jean Duron (musicologue), Véronique Ellena (photographe), Amalia Escriva (cinéaste), Elisabeth Essaïan (architecte), Stéphanie Fabre (architecte), Philippe Fangeaux (plasticien, ESA Pyrénées), Antonella Fenech Kroke (historienne de l’art, CNRS), Marc-Antoine Florin (architecte designer), Bernard Frize (plasticien), Elena Fumagalli (historienne de l’art, Università di Modena), Catherine Furet (architecte), Bénédicte Gady (historienne de l’art, Musée des Arts Décoratifs), Olivier Gahinet (architecte, ENSA Strasbourg, président de la SFA), Nicole Garnier (historienne de l’art, Musée de Chantilly), Jean-Philippe Garric (historien de l’art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Agnès Geoffray (photographe), Eric Gillet (architecte), Florence Gillet (restauratrice et plasticienne), Véronique Goudinoux (historienne de l’art, Université Lille 3), Michel Gouery (plasticien), Catherine Guégan (historienne de l’art, conservatrice), Jean Guillemain (historien de l’art), Christophe Guillouett (architecte), Lancelot Hamelin (écrivain), Michel Hochmann (historien de l’art, EPHE), Emmanuel Hocquard (écrivain), Carolyn Horton (restauratrice), Philippe Hurteau (plasticien), Claire-Jeanne Jézéquel (plasticienne), Isabelle Julia (historienne de l’art), Béatrice Jullien (architecte), Jérémie Koering (historien de l’art, CNRS), Mehdi Korchane (historien de l’art), Anne Lafont (historienne de l’art, EHESS), Sylvain Laveissière (historien de l’art, Musée du Louvre), Ramon Lazkano (compositeur), Guillaume Le Gall (historien de l’art, université Paris Sorbonne) Annick Lemoine (historienne de l’art, INHA), Antoinette Lenormand-Romain (historienne de l’art, ancienne directrice de l’INHA), Philippe Lepeux (plasticien), Philippe Leroux (compositeur), Fabien Lévy (compositeur, conservatoire de Leipzig), Jean-Gabriel Lopez (photographe), Emmanuel Lurin (historien de l’art, Université Paris-Sorbonne), François Macé de Lépinay (historien de l’art), Thierry Machuel (compositeur), Philippe Malgouyres (historien de l’art, Musée du Louvre), Stéphane Marcault (plasticien), Rodolfo Marconi (cinéaste), Yan Maresz (compositeur, CNSMDP), Claire Maugeais (plasticienne), Manuela Morgaine (artiste-cinéaste), Philippe Morel (historien de l’art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Thierry Mouillé (plasticien), Sandra Moussempès (écrivain), Hélène Mugot (peintre), Didier Mutel (graveur, ISBA Besançon), Bruno Nassim Aboudrar (historien de l’art, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle), Patrick Neu (plasticien), Cyril Neyrat (cinéaste), Natacha Nisic (plasticienne), Laurence Nobécourt (écrivain), Gaëlle Obiegly (écrivain), Clara Ott (cinéaste), Eric Pagliano (historien de l’art, Musée du Louvre), Yves Pauwels (historien de l’art, Université de Tours), Gérard Pesson (compositeur), Philippe Petit (scénariste), Lucia Piccioni (historienne de l’art), Anne Piéjus (musicologue, CNRS), Sébastien Pignon (plasticien), Pierre Pinon (historien de l’art et architecte), Hervé Potin (architecte), Antoine Poupel (photographe), Jean-Pierre Pranlas-Descours (architecte), Christian Prigent (écrivain), David Prot (restaurateur), Pierre Provoyeur (historien de l’art, conservateur), Bernard Quirot (architecte), Cécile Reynaud (musicologue, EPHE), Denis Ribouillault (historien de l’art, Université de Montréal), Bernard Richebé (photographe), Sébastien Rivas (compositeur), Anne Rivoalan (historienne de l’art), Georges Rousse (plasticien), Neville Rowley (historien de l’art, Musée de Berlin), Pierre-Henry Salfati (cinéaste), Tiphaine Samoyault (écrivain), Béatrice Sarrazin (historienne de l’art, Château de Versailles), Emmanuel Saulnier (plasticien, ENSBA), Ariane Segelstein (restauratrice), Jeanne-Marie Setton (restauratrice), Samuel Sighicelli (compositeur), Sébastien Smirou (écrivain), Chiara Stefani (historienne de l’art, Musée d’Art moderne et contemporain de Rome), Catherine Strasser (historienne de l’art, ENSAD), Hélène Sueur (historienne de l’art), Tse Su-Mei (plasticien), Philippe Terrier-Hermann (photographe), Olivier Vadrot (scénographe), Niek Van de Steeg (plasticien, ENSBA Lyon), Nathalie Van Doxel (photographe), Jacques Vieille (plasticien), Jean-Claude Wolff (compositeur), Patrick Violette (historien de l’art), Xu Yi (compositrice), Raymond Zanchi (cinéaste), Raphaël Zarka (plasticien).


Vous aimerez aussi...