Colloque international : « Le doute dans l’Europe moderne », CESR, Tours, 12-13 juin 2018

Colloque soutenu par le CESR de Tours, La Villa I Tatti – The Harvard University Center for Italian Renaissance Studies et le projet EUDIREM – Espaces urbains, dynamiques et identités religieuses dans l’Europe moderne.

Le colloque interrogera la notion de doute en tant qu’objet et méthode dans les différents domaines de la théologie, de la philosophie, des sciences et de la littérature au sein des diverses aires culturelles et confessionnelles de l’Europe moderne, plus particulièrement de la première modernité.

Il s’agit d’étudier la dialectique entre doute et vérité, ainsi que la place du doute au cœur de courants philosophiques et scientifiques bien identifiés, mais aussi dans des attitudes plus généralement partagées, qui portent à la négation ou à l’ouverture, au radicalisme ou à la tolérance. Il s’agit d’explorer la polysémie du doute et son lien avec d’autres notions telle que l’incroyance et la contestation, ou encore l’indétermination et l’indécision, ou encore l’incertitude et l’inquiétude, ou encore la méfiance et le soupçon. Se posent les questions de l’origine du doute et de ses conséquences ; de son caractère considéré inévitable dans les pensées théologiques et philosophiques qui s’appuient sur des convictions anthropologiques et psychologiques ; de sa licéité au regard de son pouvoir destructeur, de sa légitimité en lien avec son potentiel de fécondité, voire de sa nécessité comme remède à la fossilisation des savoirs.

C’est la culture de l’Europe moderne, en tant que relais des philosophies et religions antiques et en tant qu’incubatrice d’une modernité fondatrice pour nos sociétés contemporaines, que l’on veut prendre pour cadre de cette étude, afin de repérer les occurrences et les transformations du doute. Dans ce cadre, on accordera une attention aux contextes urbains, dans la mesure où les villes modernes se sont distinguées par la pluralité des opinions découlant de la concentration en leur sein des institutions civiles et religieuses et de l’intense circulation des hommes, des livres et des idées. Cette pluralité a évidemment offert son terreau au développement du doute, lequel a en retour influencé la construction des identités notamment religieuses.

Intervenants : Luca Addante (Università di Torino); Mathieu Arnold (Université de Strasbourg); Federico Barbierato (Università di Verona); Élise Boillet (CNRS – CESR, Tours); Jean-Pierre Cavaillé (GRILH, EHESS); Nicholas Davidson (University of Oxford); Marco Faini (Independent Scholar); Sylvia Giocanti (Université de Toulouse); Craig Martin (Università Ca’ Foscari, Venise); Hélène Michon (Université de Tours, CESR); Paolo Procaccioli (Università degli Studi della Tuscia, Viterbo); Christian Trottmann (CNRS – CESR, Tours); Giuseppe Veltri (Maimonides Centre for Advanced Studies, Université d’Hambourg).

___

Informations pratiques :

Du 12 juin 2018 au 13 juin 2018
Site CESR (Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance)
Salle Rapin


Vous aimerez aussi...