Étiqueté : corps

Appel à contribution : « Humankind and Fat. Attraction, Repulsion, Health and Politics », Timişoara, Centre for Applied Linguistics and Comparative Cultural Studies / C-CLASC at the Victor Babes University of Medicine and Pharmacy Timisoara, 27-29 octobre 2021, date limite le 30 août 2021

Fat that our bodies accumulate, fat we consume, our representations of fatty foods and bodies… The relationships between humankind and fat are a fascinating topic for social and medical scientists. They are highly variable according to the places and the times and, often, much more nuanced and complex that the dominant discourse suggests. Not very so long ago, European peasants valued fat. Today, their urbanised descendants have panic attacks if they have to move a...

Conférence en ligne : Crip Authority and the Art of Consolation in Renaissance Representations of Disability, Londres, The Warburg Institute, le 25 février 2021 à 18h

Elizabeth B. Bearden (UW-Madison): ‘Crip Authority and the Art of Consolation in Renaissance Representations of Disability’ Having explored how discourses of monstrosity influence representations of disability in the global Renaissance in her 2019 monograph, Bearden’s talk will reflect on this project and will present material from her next book, which examines how canonical Renaissance writers and artists represent themselves and their work by drawing on the ancient tradition of consolation, or texts that offer comfort...

Parution : James Hutson, « Gallucci’s Commentary on Dürer’s ‘Four Books on Human Proportion’: Renaissance Proportion Theory », Open Book Publishers, 2020

In 1591, Giovanni Paolo Gallucci published his Della simmetria dei corpi humani, an Italian translation of Albrecht Dürer’s Four Books on Human Proportion. While Dürer’s treatise had been translated earlier in the sixteenth-century into French and Latin, it was Gallucci’s Italian translation that endured in popularity as the most cited version of the text in later Baroque treatises, covering topics that were seen as central to arts education, connoisseurship, patronage, and the wider appreciation of...

Atelier de recherche international : « Corps troublants. Images et imaginaires dans la première modernité », Académie de France à Rome, Villa Médicis, 26-28 novembre 2020

Dans la culture visuelle de la première modernité, la représentation de corps contorsionnés, désarticulés ou fragmentaires, de visages grimaçants ou déformés par des émotions ou des actions particulières, de corps ouverts révélant organes et orifices, peut saisir autant que perturber le spectateur. Ces images provoquent une incongruité troublante, possiblement agressive. Mais qu’est-ce qui cause ce trouble ? Peut-on définir et circonscrire cet affect ? A-t-il toujours été ressenti ainsi à travers le temps et dans...

Colloque : « (im)postures. Langages du corps à l’époque moderne », en ligne, 5 décembre 2020

Quand les images sont muettes il est tentant de leur extorquer la parole. Telle est la fonction de l’expression des passions qu’exposeraient les visages et les corps dans la peinture des XVIe et XVIIe siècles. Mais pensées, sens, sensations et sentiments sont-ils véritablement lisibles dans le visibles ? Sous quelles conditions le sont-ils ? Pourrions-nous non pas réduire les corps à des mots, mais seulement les faire agir sur d’autres corps, corps à corps ?...

Appel à communication : « Le corps dans l’art politique des temps modernes », Toulouse, Hôtel d’Assézat, date limite le 1er décembre 2020

Durant la Renaissance, il est  courant de voir des corps, masculins et féminins, transformés et stratégiquement exploités par le biais d’œuvres d’art. Réels ou mythiques, âgés ou juvéniles, souvent porteurs d’un imaginaire complexe, ils étaient conçus et perçus comme des métaphores et régulièrement utilisés comme des outils de propagande. Au début des temps modernes, la représentation du corps a eu une place fondamentale dans le processus d’exaltation et de légitimation de l’élite. Dans le cadre...

Appel à communication : « On Portraiture. Theory, Practice and Fiction », Université de Lisbonne, date limite le 30 novembre 2020

« On Portraiture. Theory, Practice and Fiction. From Francisco de Holanda to Susan Sontag », 26 – 28 April 2021 – Faculty of Fine-Arts, University of Lisbon, CIEBA – Artistic Studies Research Centre This colloquium intends to discuss the theory and practice of artistic, historical, anthropological, social and political experience on the topic of portraiture, as well as the fictional dimension contained within it. Located at the intersection of several disciplinary fields, the discussion(s) and...

Appel à communication : « Images du corps dans la littérature et les arts du Moyen Âge à l’époque baroque », Université d’Augsbourg, date limite le 30 janvier 2021

CfP : Congrès de la Société allemande des Romanistes (Romanistentag) à l’Université d’Augsbourg, 4.-7.10.2021 Images du corps dans la littérature et les arts du Moyen Âge à l’époque baroque : entre canons européens et hétérodoxies esthétiques Les travaux pionniers de Marc Fumaroli consacrés à la Respublica literaria ont mis en lumière l’existence d’une Europe moderne se manifestant dans la constitution d’une communauté intellectuelle paneuropéenne. Par le biais de la circulation du savoir, les élites politiques...

Appel à contribution : « The body in political art in early modern times », Toulouse, 10-11 juin 2021, date limite le 1er décembre 2020

Body & Power: The body in political art in early modern times International symposium for young researches During the Renaissance, it became common to see bodies, both male and female, transformed and strategically exploited through artworks. Real or mythical, aged or juvenile, often bearers of a complex imaginary, they were conceived and perceived as metaphors and regularly used as propaganda devices. In early modern times, the representation of the body had a fundamental place in...

Parution : Antonella Sciancalepore (dir.), « Corps hybrides aux frontières de l’humain au Moyen Âge », Turnhout, Brepols, 2020

À l’époque médiévale, la littérature, l’art et la science enjambaient la distance qui sépare l’humain et le non-humain au moyen d’une pléthore d’hybrides, dont l’identité était marquée par l’ambivalence. Les monstres anthropomorphes hérités de l’Antiquité ou du folklore, les peuples exotiques censés avoir des traits animaux ou végétaux, les animaux ou les plantes portant des ressemblances inquiétantes avec les hommes, les figures aux corps mixtes qui occupaient les marges des manuscrits : autant de créations...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search