Étiqueté : gestuelle

Exposition : « Poussin and the Dance », Londres, National Gallery, 9 octobre 2021-2 janvier 2022

Tambourines shake, wine spills, and half-naked figures whirl across the canvas in these paintings of revelry, dance and drama that are brought together in this first exhibition dedicated to Poussin and dance. Poussin’s paintings of dance are unique. He brings to life the Classical world of gods and mortals with wild and riotous movement but, the chaos on the canvas does not reflect the meticulous and inventive process that allowed him to capture bodies in...

Appel à contribution : « Imago, Actus et Verbum. Challenges and Questions in Medieval Studies », en ligne, date limite le 15 octobre 2021

On the outset of the 21st century, cross-disciplinary studies on the Middle Ages seem to be in need of a careful reconsideration of their nature, scope and aims. This is specially so after the series of “turns” undergone by historiography in the last four decades. Despite their differences, philosophy, history, philology , literary studies and art are also bound through their work on texts; and all are currently faced with both methodological and substantive issues...

Conférence : Temenuzhka Dimova, « Sémiologie de la main dans la peinture moderne : comment interpréter chaque signe gestuel et ses variations », en ligne, le 25 mars à 19h

En langue des signes picturale, serrer ses deux mains avec les doigts entremêlés exprime le chagrin ; croiser ses mains sur la poitrine désigne la ferveur dévotionnelle; plier l’auriculaire évoque le nombre « un » ; mettre la main sur la cuisse d’autrui exprime le serment d’allégeance ; joindre le pouce et l’index démontre la finesse de l’éloquence, alors que l’acte de se moucher permet de conjurer le diable. Le répertoire des gestes employés par...

Soutenance de thèse : Ingrid Bonnal, Gestualité et regards dans les peintures d’Orazio Gentileschi, 19 décembre à 14h, en ligne

Dénoncée à des degrés divers dans les sources et les études, la réticence narrative apparaît comme une constante des discours portés sur l’œuvre d’Orazio Gentileschi. Cette persistance, par delà le contexte (historique) de réception, signale l’actualité (théorique) de la question. Plus particulièrement, dans sept tableaux réalisés au cours du premier tiers du XVIIe siècle, gestualité et regards peints, traditionnels opérateurs de structuration du récit, semblent agir sur un registre autre que celui de l’historia. De...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search